Récoltes de fourrage records

GetFileAttachment

Luzerne en date du 28 juillet prête à être récoltée!

À la Ferme Michel et Nicole Crète, la 3e coupe de fétuque était terminée le 15 juillet dernier, une récolte d’ailleurs exceptionnelle. Quant à la 3e coupe de luzerne, les producteurs s’apprêtent à la réaliser. Il s’agit d’une année très hâtive attribuable en grande partie à la température clémente de leur région depuis le début de la saison.

« Nous n’avons pas eu de déluge comme ailleurs. Ici, c’est sec, juste parfait. Une fois, il y a eu 2 pouces de pluie, sinon c’était des ½ pouces », assure Michel Crète dont la ferme est située à Saint-Agnès-de-Dundee dans le Haut-Richelieu, une région coincée entre la frontière de l’Ontario et des États-Unis.

La 1re coupe de fétuque a eu lieu le 19 mai, la 2e le 16 juin. Quant à la luzerne, on parle d’une 1re coupe le 31 mai et d’une 2e le 2 juillet. C’est une année record aussi au point de vue de la qualité et de la quantité de fourrage. « La 1re coupe de fétuque a été médiocre, mais la 2e était très bonne et la 3e extraordinaire. Les analyses sont surprenantes. C’est une année record à vie, on n’a jamais eu autant de fourrage », indique le producteur.

Producteur laitier, Michel Crète consacre 69 hectares (170 acres) au fourrage, soit 36 en fétuque pur et 33 en luzerne pure. Il réalise annuellement cinq coupes de fétuque et quatre coupes de luzerne. Il met 50 unités d’azote entre chaque coupe de fétuque. En ce qui concerne la luzerne, il met 60 unités de potasse au printemps, puis du fumier entre la 1re et la 3e coupe.

Selon lui, l’utilisation d’un semoir APV pour les semis directs est un autre ingrédient de son succès.

à propos de l'auteur

Journaliste et rédactrice en chef adjointe

Marie-Claude Poulin

Marie-Claude Poulin est journaliste et rédactrice en chef adjointe au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires