Remise des Phénix de l’environnement 2003

Montréal (Québec), 22 mai 2003 – Voici la liste des lauréates et lauréats choisis par le jury.

Première catégorie : La préservation, la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité
ACTIONS VISANT LA PROTECTION ET LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE :
Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord, Québec
Depuis 22 ans, l’APEL Saint-Charles s’est donné comme mission desensibiliser la population à la conservation et à la protection des milieuxnaturels et d’acquérir des connaissances sur leur état, tout en réalisant desinterventions concrètes de restauration et de mise en valeur des milieuxaquatiques et riverains. Les moyens que les bénévoles et le personnel del’organisme ont à leur disposition sont efficaces, simples et inspirants. Deplus, l’APEL Saint-Charles rayonne en gérant un sentier d’interprétationfréquenté par 20 000 personnes annuellement. En 2002, plusieurs actions ont été réalisées en amont du lac Saint-Charles, dans une perspective de gestion par bassin versant. En septembre, leministre de l’Environnement a désigné l’une de ses propriétés, d’une étenduede 20 hectares, à titre de réserve naturelle en milieu privé.

REDUCTION DE L’IMPACT DE SES ACTIVITES SUR LA BIODIVERSITE :
Parc marin du Saguenay – Saint-Laurent, Tadoussac
D’une superficie de plus de 1 100 km2, ce parc marin jouit d’un statutparticulier, soit celui d’une aire marine de conservation. Sa principalemission est de rehausser, au profit des générations actuelles et futures, leniveau de protection des écosystèmes d’une partie représentative du fjord duSaguenay et de l’estuaire du Saint-Laurent, tout en favorisant son utilisationà des fins éducatives, récréatives et scientifiques.

A la suite de nombreuses pressions, les administrateurs ont amorcé unedémarche de concertation sur les activités d’observation en mer. Un règlementa été adopté afin d’encadrer les activités et d’assurer une protectionadéquate des baleines. Cette démarche audacieuse est devenue un modèle àl’échelle canadienne. En régissant adéquatement l’observation en mer, cerèglement permet aux mammifères marins de vivre dans une plus grande quiétude.Conserver tout en faisant découvrir devient la devise qui s’inscrit dans lesobjectifs de protection du patrimoine naturel du Québec.

ACTIONS VISANT LA RESTAURATION DE LA BIODIVERSITE D’UN HABITAT NATUREL OU L’AMENAGEMENT ECOLOGIQUE D’UN MILIEU URBAIN :
Jardin communautaire Ruisseau Bois-Joli, Sept-Iles
Le Jardin communautaire Ruisseau Bois-Joli est situé au coeur d’un parcde maisons mobiles dans un milieu de jeunes familles à faible revenu. Saréalisation est le fruit de plus de dix années d’action dans le milieu pourrenaturaliser un secteur jadis laissé à l’abandon et encombré de déchets. Maisavant tout, le jardin a été un beau prétexte pour régler un problème social deviolence chez les jeunes dans le secteur.

Grâce au travail acharné de bénévoles, le projet a vite suscité desinvestissements importants pour nettoyer le ruisseau, construire quatrejardins, aménager les berges et même restaurer la frayère à éperlans arc-en-ciel, fournissant un milieu de vie adéquat pour la faune et la flore. La Villede Sept-Iles finance maintenant son entretien. Ce jardin magnifique devient unexemple de respect des personnes et de la nature.

CONTRIBUTION AU MAINTIEN DE LA BIODIVERSITE EN GENERAL :
Parc de la Rivière-des-Mille-Iles, Laval
Eco-Nature s’est porté à la rescousse de la rivière des Mille Iles, quicomporte plusieurs habitats naturels parmi les derniers de la grande régionmétropolitaine montréalaise. La forte pression de l’urbanisation dans lesecteur de la rivière a motivé cet organisme à se relever les manches pouragir en faveur de la protection de la biodiversité.

En partenariat avec les organismes provinciaux et fédéraux, Eco-Nature adressé un premier portrait de ce riche milieu, comprenant un inventairecomplet des espèces animales en péril. Les bénévoles du parc ont mis en placeune vaste campagne de conservation, en créant un refuge faunique et enencourageant les riverains à changer leurs comportements et à réduirel’utilisation des pesticides. Le résultat: un trésor retrouvé au coeur d’unezone si urbanisée.

Deuxième catégorie: La mise en valeur des matières résiduelles
ENTREPRISE DE REEMPLOI, DE TRI ET DE RECUPERATION, DE RECYCLAGE OU DE COMPOSTAGE :
PROREC inc., Sainte-Sophie d’Halifax
PROREC s’est donné comme mission de valoriser et de promouvoir larécupération des denrées non comestibles végétales et laitières. L’entreprisea acquis un savoir-faire unique en matière d’alimentation animale endéveloppant de nouvelles technologies. En s’appuyant sur les recherches deBertrand Lachance, agronome, l’entreprise a mis au point divers équipements detri, de désemballage ou de broyage capables d’extraire adéquatement desrésidus, tels le sucre liquide, le chocolat, les cornets, les tartes, lafarine, les arachides et bien d’autres produits secs ou liquides. Tout résidualimentaire devient ainsi une valeur ajoutée.

PROREC, c’est une équipe de talent, qui a détecté un maillon manquantdans la chaîne alimentaire, tout en offrant un produit revalorisé de qualité.

PROGRAMME DE REDUCTION DE SES RESIDUS :
Eka Chimie Canada inc., Valleyfield
Au terme des opérations de cette usine de chlorate de sodium, l’hydrogèneconstitue un produit secondaire rejeté dans l’atmosphère. Eka Chimie a réussià mettre en valeur ce résidu par un procédé nouveau, en le comprimant et enl’acheminant à l’industrie voisine qui l’utilise comme gaz de combustion pourune chaudière.

Cette idée géniale, conçue et mise au point par une équipe deprofessionnels passionnés, permet de réduire les émissions d’Eka Chimie de70 % et les émissions de gaz carbonique de l’usine cliente de 70 %. Unesolution gagnante qui donne lieu à d’importantes économies pour les deuxusines. Un bel exemple de développement durable dans un parc industriel deValleyfield.

IMPLANTATION D’UN PROGRAMME DE RECUPERATION OU DE REDUCTION S’ADRESSANT A LA POPULATION :
Municipalité de Sainte-Julienne
Tout a commencé en 1998 quand le conseil municipal de la municipalité deSainte-Julienne a donné le mandat au comité de l’environnement de sensibiliserla population à l’importance du recyclage. Le comité a tout de suite visé lesjeunes et les résidants à l’aide d’outils originaux, créés de toutes pièces.Le projet se déroule sous la direction de l’instigatrice des programmes,Danielle Desrochers, conseillère municipale responsable des dossiersenvironnementaux, appuyée par le maire, Marcel Jetté.

En 2002, la municipalité de Sainte-Julienne a ajouté à son programme déjàambitieux la promotion du compostage domestique et, surtout, a lancé unecampagne unique d’embellissement invitant les gens à nettoyer les dépôtsdésordonnés de détritus, ce qui constitue un défi de taille pour desmunicipalités à caractère rural. Des leaders qui ont à coeur la réussite dudéveloppement durable dans leur municipalité et qui encouragent les actionsdes citoyens.

INDIVIDU OU ORGANISME A BUT NON LUCRATIF AYANT CONTRIBUE A LA TRANSFORMATION OU A LA REDUCTION DES MATIERES RESIDUELLES :
Moisson Montréal, CRE de Montréal, CRE de Laval, Collège de Rosemont, Normand Legault et Roger Paquette (agriculteurs), Saint-Laurent
Moisson Montréal, la plus grande banque alimentaire du Canada, distribuequotidiennement plus de 70 tonnes d’aliments récupérés de bonne qualité. Uneactivité de cette envergure ne peut se faire sans résidus. Près de 60 % de cesrésidus sont de nature organique et peuvent être compostés. Cette situation apoussé deux agriculteurs à proposer une solution environnementale quicontribue à donner à l’agriculture une ressource d’amendement de solsappréciable.

Trois autres organismes se sont associés au projet en partageant leurscompétences. Le projet compte plusieurs stagiaires et bénévoles. Uneexpérience unique qui s’inscrit dans un milieu fort urbanisé.

Troisième catégorie : Le savoir-faire en matière de développement durable
ENTREPRISE AYANT MIS EN PLACE UN SYSTEME DE GESTION ENVIRONNEMENTALE :Cascades inc., Complexe papetier de Kingsey Falls
Le complexe papetier de Cascades à Kingsey Falls inclut quatre usinesdistinctes de produits de pâtes et papiers, un système commun externe detraitement d’eaux de procédé et une usine de cogénération, dont la vapeur estutilisée par les autres usines. Fondée en 1964, Cascades est aujourd’hui unchef de file nord-américain dans la fabrication et la commercialisation deproduits faits à partir de fibres recyclées. L’entreprise s’est donné commemission notamment de récupérer, de recycler et de développer des technologiespropres de fabrication favorisant l’utilisation et la réduction à la sourcedes rejets, et ce, toujours dans une perspective d’amélioration continue desperformances environnementales.

Les deux activités dont Cascades est la plus fière sont l’utilisation defibres recyclées pour la fabrication de plusieurs produits et l’optimisationde la consommation d’eau fraîche par des procédés uniques et novateurs et parune politique de réduction de la consommation de l’eau.

CONCEPTION OU DEVELOPPEMENT DE PRODUITS OU DE PROCEDES NOVATEURS EN ENVIRONNEMENT :
Sani-Terre inc., Normandin
Entrepreneur forestier de métier, Christian Mathieu était conscient desconséquences néfastes du lavage de la machinerie en forêt et du délestage descontaminants dans le sol et dans l’eau. On estime que plus de 1 300 machinesdoivent être lavées sur place, environ 10 fois par année. Le procédé mis aupoint permet d’effectuer le travail de manière efficace et sécuritaire, enrécupérant des quantités importantes de contaminants, comme les huiles, lesgraisses et les métaux lourds.

Le traitement est effectué à l’aide d’un camion-usine qui se rend surplace. Le procédé a un fort potentiel de transfert dans les secteurs desmines, des industries et du transport.

ENTREPRISE EXPORTATRICE DE PRODUITS, DE TECHNOLOGIES OU DE SAVOIR-FAIRE LIES A LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT :
H. Fontaine ltée, Magog
Spécialisée dans le domaine des produits de traitement de l’eau,l’entreprise H. Fontaine a mis au point le Qualimètre, un instrument de mesurequi oriente les actions des entreprises vers des valeurs fondamentales, dontla protection de l’environnement.

Grâce à ses bureaux répartis un peu partout dans le monde, cetteentreprise familiale est devenue un leader mondial dans la gestionenvironnementale de l’eau. Le succès qu’elle remporte à l’étranger s’expliquepar son savoir-faire et son sens de l’innovation. Une preuve concrète de lanotoriété québécoise en matière de protection de l’environnement.

ENTREPRISE AYANT UTILISE DES PROCEDES OU DES TECHNOLOGIES POUR AMELIORER SA PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE :
Aluminerie de Bécancour inc, Bécancour
Exemple concret d’une grande industrie québécoise ayant pris en charge lagestion de ses émissions, Aluminium Bécancour fait preuve d’avant-gardisme etd’innovation en se dotant de directives d’entreprise qui incluent unepolitique environnementale, des ententes volontaires avec les employés et lesfournisseurs ainsi qu’un plan stratégique d’amélioration continue de laperformance environnementale.

Tous les employés sont invités à participer aux efforts dans toutes leursactions, dont la consommation de carburant. L’objectif de « zéro empreinte »devient réalisable. De plus, l’entreprise fait preuve de leadership au sein del’Association de l’aluminium du Canada, qui a signé en 2002 une entente cadrede réduction volontaire des gaz à effet de serre avec le gouvernement duCanada, afin d’atteindre d’ici 2010 les objectifs établis dans le cadre duProtocole de Kyoto.

Quatrième catégorie : L’éducation et la sensibilisation
CONCEPTION OU DEVELOPPEMENT D’UN OUTIL DE COMMUNICATION SUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT :
La Forêt Mobile inc., Loretteville
La Forêt Mobile se consacre à l’éducation et à la sensibilisation enmatière de conservation des ressources et d’environnement, en produisant desdisques, des vidéocassettes et des spectacles. Un parcours impressionnant :1 200 spectacles qui ont rassemblé plus d’un million d’enfants et d’adultes,le soutien de grandes chaînes télévisuelles, et même une tournée en Ontario etau Nouveau-Brunswick.

Beaucoup d’enfants ont chanté avec « Arthur l’aventurier », ce personnagesympathique qui a su leur livrer un message sensible d’attachement à la natureet à toutes ses composantes. Pour mieux captiver l’attention, Arthur a filméles scènes de ses vidéoclips dans les plus beaux coins de la naturequébécoise, au milieu d’animaux sauvages.

ETABLISSEMENT D’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE OU SECONDAIRE AYANT COLLABORE A LA DIFFUSION DE L’IMPORTANCE DE LA SAUVEGARDE DE L’ENVIRONNEMENT :
Ecole secondaire Cap-Jeunesse, Saint-Jérôme
Comment amorcer concrètement une réflexion pédagogique sur le problèmedes changements climatiques, si ce n’est en agissant à l’échelle locale. Al’intérieur du curriculum scolaire, l’école secondaire Cap-Jeunesse a réaliséau printemps 2002 le projet « Boisé au Cap-des-Saisons », un projet derenaturalisation de l’espace à l’arrière de l’école. Par leur participationactive, les jeunes ont appris à respecter le monde qui les entoure et àdevenir de précieux ambassadeurs de l’écologie. Ils ont développé descompétences indéniables liées aux sciences naturelles, aux mathématiques, aufrançais ainsi qu’en fonction de considérations éthiques.

Le projet a impliqué plus de 300 élèves, enseignants et parents, associésaux employés de l’école et de la municipalité, pour la plantation d’arbres,l’aménagement d’un jardin de plantes indigènes et d’un petit bassin, de mêmeque l’installation d’une scène extérieure pour des spectacles.

ACTION DE CONCERTATION OU ORGANISATION D’UN COLLOQUE, D’UN PROJET DE FORMATION OU D’UN AUTRE EVENEMENT LIE A L’ENVIRONNEMENT :
Conseil régional de l’environnement de l’Estrie, Sherbrooke
Depuis sa fondation en 1993, le Conseil régional de l’environnement del’Estrie (CREE) se démarque par son approche régionale unique et ses actionsen concertation. Par son leadership, le CREE s’est imposé comme le maître-d’oeuvre de plusieurs initiatives exemplaires et novatrices, qui ont contribuéà faire reconnaître l’Estrie comme « région verte du Québec ».

Quelques projets méritent d’être cités : l’implantation d’un système degestion environnementale en milieu agricole, la direction de la Tableestrienne de récupération et de recyclage ainsi que la Table estrienne sur letransport et l’environnement, sans oublier « Wô les moteurs » et « Notre santéest en jeu! », deux projets de sensibilisation de la population auxconséquences de l’utilisation du carburant sur les gaz à effet de serre. LeCREE est l’instigateur de la Fondation estrienne en environnement, qui remetannuellement des « Prix d’excellence en environnement ».

Individu ou organisme à but non lucratif ayant réalisé un programme de sensibilisation publique
Opération « Adoptez une rivière », Montréal
Le concept d’adoption de rivières permet de faire participer lapopulation à la protection de la nature et des rivières. Un très vaste réseaude collaborateurs a été établi, parrainé par des groupes nationaux et desartistes. La concertation et l’éducation sont au centre de la stratégie.

L’opération « Adoptez une rivière » considère les rivières québécoisescomme un bien appartenant à la collectivité. Dans les régions, le mouvement apermis l’émergence de nouveaux groupes de protection de l’environnement ou laconsolidation de groupes existants. La persévérance et le dynamisme de ceregroupement ont été salués par le gouvernement lors du dévoilement de laPolitique nationale de l’eau. Il ne faut pas oublier l’implication personnelleet fervente d’Alain Saladzius, un bénévole chevronné qui a maintenu cemouvement dans l’actualité.

Cinquième catégorie : Le Phénix de la jeunesse
John McDonnell, Buckingham
Il en faut des mordus de l’environnement de cet âge pour faire avancerles choses. Ce jeune homme de Buckingham a conçu et offert des activitésd’interprétation de la nature visant à approfondir la connaissance du milieuforestier chez les enfants, et, plus particulièrement, à les sensibiliser à labiodiversité de la forêt La Blanche, l’une des dernières forêts anciennes dusud du Québec. Les forêts anciennes sont très rares et renferment une trèsgrande biodiversité. En faisant connaître cet enjeu aux jeunes, le programme« Forêts… phénoménales » devient un geste concret.

Animateur bénévole, John McDonnell a obtenu un soutien du Fonds Jeunessedu Québec pour mettre en place le programme. Près de 3 500 élèves ontparticipé. Ils ont non seulement été initiés au milieu naturel, mais ontacquis des notions relativement à la protection de leur environnement et à laconservation des ressources, en étant poussés à poser des gestes concrets. Uninvestissement à vie dans la jeunesse.

Pour plus d’information, on peut consulter le site Internet des Phénix del’environnement.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Concours Les Phénix de l’environnement
http://www.phenixdelenvironnement.qc.ca

Commentaires