Soya : la bonne profondeur

Les conditions de semis exceptionnelles de ce printemps au Québec font en sorte que plusieurs producteurs sont déjà en train de semer leur soya. Les températures chaudes et asséchantes des dernières semaines provoquent des interrogations chez les producteurs en ce qui a trait à la profondeur où devrait être placée la semence.

Voici quelques notions importantes concernant le semis du soya, transmises par Stéphane Myre, agronome chez Dekalb.

La semence de soya requiert des conditions de semis différentes de celles du maïs. Dès l’émergence, le point de croissance du soya est exposé aux éléments, contrairement à celui du maïs qui demeure sous la surface environ jusqu’au stade de croissance V6. Les derniers jours d’avril et dix premiers jours de mai sont considérés comme la période de semis « hâtive » du soya, d’après les résultats d’études réalisées de 2004 à 2006 en Ontario.

Monsanto (Est du Canada) a réalisé une étude de trois ans (2010-2012) en collaboration avec le ministère de l’Agriculture de l’Ontario et l’Université de Guelph afin d’évaluer l’impact de la date de semis. Les données recueillies pendant ces trois années montrent une augmentation significative de rendement de 275,6 kg/ha simplement en passant d’une fenêtre de semis « normale » (du 6 au 25 mai) à une fenêtre de semis « hâtive » (du 15 avril au 25 mai) et en utilisant une variété appartenant à la prochaine zone de maturité plus tardive. Cette fenêtre de semis est recommandée dans les régions offrant des conditions de sol chaudes et sèches.

Profondeur de semis
Viser la bonne profondeur de semis est très important. Considérant les conditions de sol plus sèches en surface actuellement, le positionnement de la semence à une profondeur appropriée devrait favoriser une émergence beaucoup plus uniforme des plantules.

Évitez de semer trop profondément! La semence de soya devrait être placée à une profondeur d’environ 1 à 1,5 pouce et jamais plus de 2,5 pouces. Les plantules de soya émergent quand l’hypocotyle se redresse et pousse les cotylédons en surface, ce qui demande beaucoup d’énergie. En semant trop profond, le plant devra dépenser plus d’énergie qu’il ne pourra utiliser plus tard. Aussi, avec un semis profond, les plantules risquent de ne pas émerger si une situation de stress se présente, comme le croûtage ou la compaction.

L’objectif est une levée des plants à la fois uniforme et rapide. Il est donc important de semer quand la température du sol et les conditions de terrain sont adéquates, comme en ce moment!

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires