Tout le monde parle de drones

Développés d’abord pour leur usage militaire, c’est en agriculture que l’usage civil des drones se répandra en premier. Ces avions sans pilote peuvent rendre plusieurs services aux agriculteurs.

Les drones peuvent déjà servir à des fonctions agronomiques, notamment pour le dépistage et l’évaluation des récoltes. Contrairement aux images satellites, les images produites par les caméras sur les drones peuvent être consultées dans les minutes suivant le survol du champ.

Lire l’article Un drone à la ferme, sur LeBulletin.com

Voilà que depuis quelques semaines, de nombreux sites de nouvelles agricoles parlent des drones. Ils seraient destinés à plusieurs usages au-delà de la simple reconnaissance de l’état des cultures.

En France, où le maïs OGM n’est pas autorisé, un drone a été mis au point pour la lutte biologique à la pyrale du maïs. Le petit hélicoptère transporte des billes contenant un trichogramme, qui sont dispersées sur plusieurs hectares en un seul vol.

Aux États-Unis, on parle de l’utilisation des drones pour évaluer les conditions de sol, ainsi que la présence d’eau, lors des inondations. Sur les grands ranchs, les éleveurs pourraient s’en servir pour suivre les déplacements de leurs animaux, ou vérifier l’état des clôtures.

L’usage des drones en agriculture serait facilité par le fait que les producteurs se contenteraient de survoler leur propre propriété, à basse altitude. Il n’y aurait donc pas d’implications pour la sécurité ou la vie privée des citoyens.

Tous ces usages agricoles pourraient devenir une réalité bien avant l’ambitieux projet d’Amazon, ce site d’achats en ligne qui a mis au point un drone capable de livrer à domicile un paquet. Par la voie des airs, il ne s’écoulerait que 30 minutes entre l’achat sur internet et la livraison à la maison!

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires