Étude : Le bio : l’évolution d’un créneau

Ottawa (Ontario), 28 mars 2008 – Les consommateurs sont maintenant habitués à voir une variété de fruits et de légumes biologiques à leur épicerie locale, mais le produit certifié biologique le plus courant selon les agriculteurs canadiens n’est probablement pas celui qu’ils pensent.

En fait, la catégorie de produits certifiés biologiques la plus courante est celle des grandes cultures et du foin, selon une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans la version en ligne de la publication Un coup d’oeil sur l’agriculture canadienne. L’étude analyse l’évolution du secteur de l’agriculture biologique du Canada entre 2001 et 2006.

L’étude, fondée principalement sur les données tirées du Recensement de l’agriculture de 2006, indique que 2 462 exploitations agricoles ont déclaré produire des grandes cultures et du foin certifiés biologiques, dont près de la moitié de ces exploitations étaient situées en Saskatchewan.

Le Canada dispose d’un avantage concurrentiel pour la culture des céréales et des oléagineux en raison de son climat et de ses vastes étendues de terres cultivées, propices à la mécanisation. Il est donc tout à fait logique que les grandes cultures et le foin biologiques constituent la production certifiée biologique la plus courante.

Une bonne partie des grandes cultures cultivées biologiquement est vendue à l’étranger et n’est donc pas transformée, vendue ou consommée au Canada.

En 2006, le Centre d’agriculture biologique du Canada a commandé une étude sur les ventes de produits certifiés biologiques réalisées par les principaux supermarchés traditionnels. L’étude a montré que, malgré cette impressionnante croissance, moins de 1 % des 46,5 milliards de dollars dépensés par les Canadiens dans les épiceries à l’échelle nationale en 2006 a été attribué aux ventes de produits certifiés biologiques.

Augmentation du nombre d’exploitations certifiées biologiques
Dans le questionnaire du Recensement de l’agriculture de 2006, les agriculteurs devaient indiquer si leurs produits biologiques étaient certifiés par un organisme certificateur, non certifiés ou s’ils étaient en transition, c’est-à-dire que le processus était entamé pour obtenir la certification.

Les fermes qui produisent des produits biologiques non certifiés sont plus nombreuses que les fermes certifiées biologiques et les fermes qui sont en transition pour devenir certifiées.

En 2006, 11 937 exploitations ont déclaré des produits agricoles biologiques non certifiés.

En outre, 3 555 exploitations ont déclaré des produits certifiés biologiques, ce qui correspond à une hausse de près de 60 % par rapport aux 2 230 exploitations déclarantes en 2001, alors que 640 exploitations étaient en transition.

Ensemble, les fermes du Québec et de la Saskatchewan ont enregistré plus de la moitié de l’importante augmentation du nombre de fermes ayant une production certifiée biologique.

Malgré cette importante hausse, les exploitations agricoles qui cultivent des produits certifiés biologiques représentaient seulement 1,5 % de toutes les exploitations agricoles.

La Saskatchewan compte le plus grand nombre de fermes ayant déclaré des produits certifiés biologiques (1 181 fermes déclarantes), tout comme en 2001. Le Québec occupait le deuxième rang (765 fermes déclarantes). La Saskatchewan affichait en outre la plus forte croissance du nombre de fermes déclarantes, suivie du Québec.

En 1999, le Canada a adopté des normes biologiques nationales auxquelles il n’était pas obligatoire de se conformer. Il était donc courant que les normes établies par les organismes individuels de certification diffèrent entre elles.

Le règlement fédéral sur les produits biologiques, soit le Règlement sur les produits biologiques, doit entrer en vigueur le 14 décembre 2008. À compter de cette date, les produits biologiques commercialisés sur les marchés interprovincial et international devront être certifiés par un organisme certificateur agréé par l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Les fruits et les légumes sont les deuxièmes produits certifiés biologiques les plus courants
Un nombre important d’exploitations certifiées biologiques (916 exploitations) ont déclaré une production de fruits et de légumes.

En 2006, tout comme en 2001, «les fruits, les légumes et les produits de serre» sont demeurés la deuxième catégorie de produits certifiés biologiques la plus souvent déclarée.

Bien que chaque province ait enregistré une croissance du nombre de fermes déclarantes dans cette catégorie depuis 2001, certaines provinces ressortent.

En 2006, près de 80 % de toutes les exploitations certifiées biologiques en Colombie-Britannique (358 exploitations) ont déclaré cultiver des fruits, des légumes et des produits de serre certifiés, de même que 76 % des exploitations du Canada atlantique (105 exploitations).

Le Québec (208 fermes) comptait le deuxième plus grand nombre de producteurs certifiés au Canada ayant déclaré des fruits, des légumes et des produits de serre.

Selon la Commission canadienne du blé, plus de 71 000 tonnes métriques de blé, de blé dur et d’orge certifiés biologiques de l’Ouest canadien ont été vendues en 2005. Un peu plus de la moitié (50,7 %) ont été vendues aux États-Unis, 31,2 %, à l’Union européenne et 1,4 %, au Japon. Seulement 16,7 % ont été vendues sur le marché intérieur.

Entre la campagne agricole 2000-2001 et la campagne agricole 2005-2006, la quantité de grains certifiés biologiques vendue par la Commission canadienne du blé a augmenté de 87,3 %.

Les produits d’origine animale sont les produits biologiques non certifiés les plus courants
La question du recensement qui demandait aux agriculteurs de déclarer les produits «biologiques non certifiés» a donné l’occasion à près de 12 000 producteurs qui utilisent des pratiques biologiques, sans détenir une certification officielle, de s’identifier.

Beaucoup d’entre eux vendent leurs produits dans les marchés de producteurs, dans le cadre de projets agricoles soutenus par la collectivité ou à d’autres entreprises de vente directe. L’Ontario comptait le plus grand nombre de fermes déclarantes dans cette catégorie, suivi de la Colombie-Britannique et de l’Alberta.

Les produits d’origine animale sont les produits «biologiques non certifiés» les plus fréquemment déclarés (6 380 exploitations déclarantes).

Trois provinces représentaient près des trois quarts de ces exploitations, soit la Colombie-Britannique (27 %), l’Ontario (24 %) et l’Alberta (23 %).

Produits certifiés biologiques, par province, 2006 et 2001 
ProvincesFermes ayant déclaré des produits biologiques certifiésFoin et grandes culturesFruits, légumes et produits de serreAnimaux ou produits d’origine animaleProduits de l’érableAutres produits
 200620012006200120062001200620012006200120062001
Terre-Neuve-et-Labrador430043000011
Île-du-Prince-Édouard312319112417430026
Nouvelle-Écosse61231665020121030145
Nouveau-Brunswick42251462716868473
Québec765372303105208125161532791194235
Ontario593405467308174120172120863432
Manitoba196901707421744170038
Saskatchewan1 1817731 170720191810259101146
Alberta23019719314231218460001330
Colombie-Britannique452319110703582678653006345
Canada3 5552 2302 4621 442916614673381299129190211

L’article analytique « Le bio : l’évolution d’un créneau », qui fait partie de l’édition 2006 de la publication Un coup d’oeil sur l’agriculture canadienne (96-325-XWF, gratuite), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires