Un grand pas vers l’obtention d’une juste part pour les agriculteurs de l’Ontario

TORONTO, le 17 janvier 2000 – Le dur labeur et la bonne foi de l’Ontario à la table de négociation a porté fruit, a aujourd’hui déclaré le ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, Ernie Hardeman.







La majorité des provinces ont appuyé la position de l’Ontario qui consiste à permettre l’affectation des fonds de protection du revenu agricole selon le principe de la « juste part ».


La majorité des provinces ont appuyé la position de l’Ontario qui consiste à permettre l’affectation des fonds de protection du revenu agricole selon le principe de la « juste part », et le gouvernement fédéral a par conséquent demandé aux responsables d’ébaucher une formule d’affectation qui reconnaîtrait la taille relative du secteur agricole de chaque province.

« Nous avons fait des progrès importants en ce qui concerne cette question majeure, depuis que les discussions ont été interrompues en décembre, a indiqué M. Hardeman. Je suis heureux que nous ayons finalement gagné la reconnaissance du fait que près de 23 pour cent de la production agricole canadienne est basée en Ontario et que nos agriculteurs méritent leur juste part de l’enveloppe de protection du revenu agricole. »

L’enveloppe budgétaire nationale pour la protection du revenu agricole reconnaît que les agriculteurs ont besoin d’outils efficaces de gestion du risque pour la conduite de leurs activités quotidiennes, ainsi que d’un programme d’aide qui soit activé lorsque des événements hors de leur contrôle ont une incidence négative sur leurs exploitations.

« Elle s’est fait longuement attendre, mais je suis convaincu que l’entente finale traitera tous les producteurs canadiens de façon équitable, en reconnaissant que l’agriculture est une entreprise à risque peu importe ou on la pratique, » a indiqué M. Hardeman.

En plus de reconnaître la demande de longue date de l’Ontario concernant une affectation des fonds de protection du revenu agricole selon le principe de la juste part, le gouvernement fédéral s’est engagé à nouveau à deux années supplémentaires de programmes d’aide en cas de catastrophe, quoique l’engagement annuel de 500 million de dollars est de 35 millions inférieur à ce qui a été dépensé en 1998 et en 1999. L’Ontario a accepté de partager les coûts de tout programme d’aide futur en cas de catastrophe à un ratio de 60-40, et de travailler de concert avec Ottawa, les autres provinces et les organismes agricoles à la conception de ce programme.

Les ministres fédéral et provinciaux de l’Agriculture retourneront à la table de négociation le mois prochain afin de mettre la dernière main aux détails du programme et du financement de la nouvelle entente nationale de protection du revenu agricole.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario

http://www.gov.on.ca/OMAFRA/french/

Commentaires