Une deuxième ferme américaine touchée par la grippe aviaire

Delaware (États-Unis), 11 février 2004 – Des tests ont montré la présence du virus de la grippe aviaire dans une deuxième ferme du Delaware, a annoncé le département de l’Agriculture de cet Etat de la côte est des Etats-Unis.

La souche du virus est différente de celle qui s’est répandue ces derniers mois en Asie et qui a déjà fait 19 morts. Les experts américains affirment que, dans le cas du Delaware, il n’y a pas de menace pour la santé humaine.

Toutefois, cette découverte risque de conforter plusieurs pays étrangers dans leur décision d’interdire les importations de volaille américaine.

La semaine dernière, une première ferme du Delaware avait été testée positive au virus de la grippe aviaire. A la suite de cette découverte, une vingtaine de fermes situées dans un rayon de trois kilomètres autour de la première ont été testées. Mais la deuxième ferme contaminée ne fait pas partie de ce groupe puisqu’elle se situe à au moins huit kilomètres de la précédente.

Les résultats des tests dans les 20 fermes situées à moins de trois kilomètres de la première se sont tous révélés négatifs, a précisé le département de l’Agriculture du Delaware dans un communiqué.

La contamination d’une deuxième ferme est en tout cas une mauvaise nouvelle pour les autorités. « Ce développement est complètement inattendu étant donné les précautions que nous avons prises, les enquêtes que nous avons menées et les attentes de l’industrie sur l’évolution de cette maladie », a souligné le secrétaire à l’Agriculture de cet Etat, Michael T. Scuse, dans le communiqué.

« Nous allons prendre immédiatement des mesures pour contenir cette maladie, mais il s’agit à présent d’une situation sérieuse pour l’industrie de la volaille dans les Etats du Delaware, du Maryland et de Virginie », a-t-il ajouté.

Mardi, le Brésil, à son tour, a annoncé qu’il suspendait jusqu’à nouvel ordre les importations de volaille en provenance des Etats-Unis. Plusieurs pays d’Asie ont déjà pris une mesure similaire: il s’agit du Japon, de la Malaisie, de Singapour et de la Corée du Sud. Hong Kong a pour le moment décidé de stopper uniquement ses importations de poulets vivants et de volailles en provenance du Delaware.

Source : AP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

United States Department of Agriculture (USDA)
http://www.usda.gov/

Commentaires