Une majorité de Canadiens sont préoccupés par la présence de résidus de pesticides sur les fruits et les légumes

Toronto (Ontario), 12 novembre 2008 – Soixante pour cent des Canadiens sont préoccupés par la présence de résidus de pesticides sur les fruits et les légumes, selon les résultats d’un sondage publié par la Société canadienne du cancer. La Société organise une conférence de deux jours afin d’explorer le lien entre les pesticides et le cancer.

« Aujourd’hui plus que jamais, les Canadiens se soucient des alimentsqu’ils consomment et de leurs effets potentiels sur leur santé, notamment lerisque de cancer », déclare Heather Logan, directrice des politiques de luttecontre le cancer de la Société canadienne du cancer. « La conférence vise àmieux protéger la santé des Canadiens en utilisant la meilleure informationdisponible pour nous aider à avancer. »

La Société a regroupé les plus grands experts internationaux afin dediscuter de l’utilisation de pesticides à des fins autres qu’esthétiques,notamment en agriculture. « Cette conférence marque un pas important dansl’établissement d’un plan précis pour la recherche et la prise de mesuresconcrètes pour le bien des Canadiens », ajoute Mme Logan.

Autres faits saillants du sondage :

  • Près de la moitié des répondants estiment que les pesticides devraient être utilisés avec prudence afin d’assurer un équilibre entre les bienfaits pour la santé de profiter de nombreux fruits et légumes sur le marché et les risques potentiels posés par les produits chimiques.
  • 80 % des répondants lavent soigneusement tous les fruits et légumes avant de les consommer afin de réduire leur exposition aux résidus de pesticides. 24 % disent acheter chaque fois qu’ils le peuvent des produits n’ayant pas été exposés à des produits chimiques.
  • 55 % croient qu’ils ne sont pas suffisamment informés sur l’utilisation de pesticides pour faire des choix éclairés quant aux aliments qu’ils achètent.
  • 74 % disent qu’ils appuieraient une réglementation fédérale plus sévère visant à réduire l’utilisation initiale de pesticides dans la production d’aliments.

A propos de la conférence

La conférence de deux jours (les 12 et 13 novembre) sous le thèmeExplorer le lien – Conférence sur l’état de la science sur les pesticides etle cancer est organisée par la Société canadienne du cancer. Elle se dérouleraà l’hôtel Marriott Toronto Bloor Yorkville.

Les experts présents à la conférence discuteront :

  • de l’état de la science sur le lien entre l’utilisation de pesticides à des fins autres qu’esthétiques et le cancer,
  • de politiques préventives pouvant aider à réduire notre exposition aux pesticides,
  • des pistes de recherche à suivre à l’avenir,
  • des mesures déjà à notre disposition.

« La Société s’engage à travailler de concert avec les Canadiens, lesgouvernements, les organismes de santé publique et les milieux agricoles afind’en apprendre davantage sur cette importante question de santé », affirme PaulLapierre, vice-président des Affaires publiques et de la Lutte contre lecancer de la Société canadienne du cancer.

La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national àcaractère communautaire dont la mission est l’éradication du cancer etl’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Pouren savoir plus sur le cancer, veuillez consulter notre site Web à l’adressewww.cancer.ca ou appeler la ligne sans frais et bilingue de notre Serviced’information sur le cancer au 1 888 939-3333.

La firme Innovative Research Group a consulté par Internet quelque 1 166Canadiens faisant partie de son panel Canada 20/20 entre le 6 et le 10novembre 2008. Les membres du panel sont recrutés par l’intermédiaire desources des plus variées afin de former un échantillon représentatif descaractéristiques démographiques globales du pays en fait d’âge, de sexe, delieu de résidence et de langue. Chaque sondage est administré auprès d’unesérie d’échantillons sélectionnés de façon aléatoire au sein du panel etpondérés pour s’assurer que la composition de l’échantillon reflète bien lapopulation canadienne selon les données du recensement. Un échantillon nonpondéré de cette taille ayant un taux de réponse de 100 % aurait une marged’erreur estimée à +/- 2,9 %, 19 fois sur 20.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Société canadienne du cancer (SCC)
http://www.cancer.ca/

Commentaires