Une solution régionale pour l’abattage des animaux d’élevage

Val-d’Or (Québec), 4 juillet 2005 – M. Daniel Bernard, député de Rouyn-Noranda–Témiscamingue et adjoint parlementaire du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ainsi que M. Pierre Corbeil, député d’Abitibi-Est, ministre des Ressources naturelles et de la Faune et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec, ont assisté à Val-d’Or à une cérémonie soulignant la mise en service du premier abattoir mobile à voir le jour au Québec. Cet abattoir offre aux éleveurs une solution pour l’abattage des animaux d’élevages non traditionnels, soit les cerfs, les daims, les sangliers, les agneaux, les émeus et les autruches, mais également pour les animaux d’élevages plus courants, tels que les veaux, les porcs et les moutons. Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Yvon Vallières, a exprimé sa satisfaction de voir le projet pilote se concrétiser et l’abattoir mobile entreprendre ses activités.

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) a appuyé le développement de cet équipement qui favorisera l’abattage d’animaux dans la région et facilitera la commercialisation des viandes. L’abattoir contribuera ainsi au développement et au maintien d’entreprises en Abitibi-Témiscamingue.

L’abattage près des lieux d’élevage aura également pour avantage de diminuer les coûts de transport et le stress subi par les animaux, tout en garantissant l’innocuité des aliments produits.

« Le MAPAQ s’est assuré que l’abattoir respecte toutes les normes de salubrité et d’innocuité imposées aux abattoirs traditionnels, notamment la présence d’un inspecteur en permanence lors de l’abattage des bêtes. La réalisation du projet permettra de créer trois nouveaux emplois dans la région et d’en consolider plusieurs autres », a précisé M. Daniel Bernard.

L’abattoir est installé à l’intérieur d’une remorque mobile. Tout l’équipement est aménagé de façon à permettre d’abattre les animaux, de réfrigérer les carcasses et les abats et de les transporter de façon sûre et efficace vers un centre de transformation des viandes. Les installations permettent également de récupérer les résidus d’abattage et de les éliminer.

Rappelons que le MAPAQ a accordé une subvention de 200 000 $ pour la réalisation du projet d’abattoir mobile dans le cadre du programme Appui à la diversification et à la transformation en agriculture et en agroalimentaire dans les régions ressources et dans les territoires ciblés 2003-2006. Cette somme s’ajoute à la subvention de 54 000 $ du Fonds de diversification économique des régions, à celle de 50 000 $ accordée par Développement économique Canada, ainsi qu’aux prêts consentis par la Caisse populaire Vallée-de-l’Or, la Société d’aide au développement de la Vallée-de-l’Or et Solide-Vallée-de-l’or. En tenant compte de la mise de fonds des actionnaires, l’investissement total des différents partenaires est de 480 320 $.

La période de rodage de l’abattoir débutera au cours des prochaines semaines. Comme le prévoit le projet pilote, un suivi rigoureux des activités sera effectué pour s’assurer tant du respect des conditions d’hygiène et de salubrité que de la rentabilité du projet.

« Le soutien du MAPAQ témoigne de la volonté de notre gouvernement de contribuer au développement régional, notamment en favorisant la création d’emplois », a conclu le ministre Pierre Corbeil.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires