Vers le bannissement des cages de pondeuses aux USA

Les États-Unis viennent de franchir une nouvelle étape dans le bannissement des cages de poules pondeuses comme nous les connaissons. Trois membres de la chambre des représentants ont en effet présenté un projet de loi qui, s’il est adopté, améliorerait le bien-être de 280 millions de poules pondeuses d’ici 2030.

Ce projet de loi fait suite à une entente intervenue l’été dernier entre la Humane Society of the United States et les United Egg Producers. Cette politique établirait de nouveaux standards pour les dimensions des cages.

S’il est adopté par le Congrès, le projet de loi H.R. 3798, Egg Products Inspection Act Amendments of 2012, changerait les points suivants dans la production d’œufs:
  • les cages conventionnelles seraient remplacées sur une longue période de temps par des systèmes de colonies enrichies qui alloueraient près du double d’espace par poule;
  • après une période de transition, les nouvelles installations offriraient à toutes les poules un environnement enrichi contenant notamment des perchoirs, des nids et des zones de grattages, leur permettant d’exprimer leurs comportements naturels;
  • tous les emballages vendus sur le territoire américain porteraient une identification du mode de production des œufs tels «œufs de poules en cages», «œufs de poules en cages enrichies », «œufs de poules en liberté»;
  • la restriction d’aliment ou d’eau, utilisée dans le but de prolonger le cycle, serait interdite, une pratique déjà interdite par le programme de certification des United Egg Producers;
  • les méthodes pour euthanasier les poules devraient être approuvées par l’American Veterinary Medical Association;
  • une teneur excessive d’ammoniac serait interdite dans les poulaillers;
  • le transport et la vente d’oeufs ne rencontrant pas les standards nationaux seraient interdits.

Les producteurs auraient entre 15 et 18 ans pour apporter plus d’espace à leurs poules pondeuses. Actuellement, la majorité des poules pondeuses ont accès à 432 centimètres carrés par poule et 50 millions n’ont que 309 centimètres carrés. La nouvelle législation prévoit un minimum de 800 centimètres carrés par poule blanche et 929 centimètres carrés par poule brune à la grandeur du pays.

Réaction négative des producteurs de porcs

Même si cette règlementation ne toucherait que la production d’œufs, le président du regroupement des producteurs de porcs des États-Unis, le National Pork Producers Council, Neil Dierks, s’est dit inquiet du précédent occasionné par cette annonce. Selon lui, c’est à l’industrie porcine de décider des normes de bien-être des animaux.

« La réalité est qu’il s’agit d’un schéma directeur pour la Humane Society sur la façon dont ils veulent réglementer et surveiller la façon dont la production animale est faite, dit-il. Les producteurs ont besoin de flexibilité pour prendre soin des animaux, de la meilleure façon possible en fonction de leur réalité.  »

Coïncidence? Le 31 janvier, la Humane Society of the United States a mis en ligne une vidéo sur ce qu’ils considèrent des mauvais traitements infligés aux truies et aux porcelets: les truies gardées en cages durant toute la gestation, ainsi que la taille des dents et de la queue des jeunes porcelets sans anesthésie. L’organisme cible deux importants producteurs, Seaboard Foods et Prestage Farms, ainsi que le détaillant Walmart. Pour voir la vidéo, cliquez ici.

Sources: World Poultry et PorkNetwork

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires