Votre capteur de rendement est-il calibré?

PHOTO : André Dumont

PHOTO : André Dumont

Le capteur de rendement de votre moissonneuse-batteuse est-il précis? Cela ne dépend pas tellement de l’équipement en tant que tel, mais plutôt de la fréquence à laquelle vous le calibrez.

Un capteur de rendement devrait être calibré tous les ans en début de saison, puis à chaque fois que l’on change de culture.

Autre recommandation : calibrer le capteur de rendement quand les conditions de récolte changent dramatiquement. Entre le maïs du début de l’automne à 40 % d’humidité et celui du début de l’hiver, le capteur ne fait pas la même lecture.

Le capteur de rendement des principaux fabricants fonctionne à partir d’une plaque d’impact. Le grain qui arrive au sommet de l’élévateur y est projeté. La force d’impact est convertie en signal électrique, que le logiciel du capteur interprète et convertit en mesure de poids.

Au fil des saisons, le capteur subit de l’usure. Sa performance peut aussi varier en fonction de l’usure de la chaîne et des palettes de l’élévateur. À toutes les 5 000 tonnes, on peut changer la plaque de nylon du capteur (environ 60 $), afin de s’assurer de sa précision.

Pour que le capteur de rendement soit précis, il faut d’abord calibrer le capteur d’humidité. Sinon, notre mesure de rendement sec ne sera pas fiable.

Le capteur d’humidité se calibre en le mettant en mode « étalonnage » (ou sampling). L’échantillon prélevé est ensuite testé pour son humidité, de préférence avec les équipements d’un centre de grain.

Si votre moissonneuse-batteuse sort de l’usine, il est recommandé de calibrer le capteur de rendement avec trois chargements. On se rend dans un endroit représentatif du champ (éviter les pourtours), on met le capteur en mode « étalonnage » et on récolte.

Chaque chargement est pesé, avec la pesée d’un représentant ou en faisant peser le camion. Les valeurs sont ensuite entrées dans le capteur de rendement.

Faute de calibrer une batteuse neuve, on fonctionnera avec la courbe d’étalonnage de l’usine, qui peut varier de 10 % avec ce qui se passe réellement dans votre champ.

Les autres calibrages peuvent se faire avec un seul chargement, puisqu’il devrait s’agir d’ajustements mineurs, à la suite d’un changement de culture ou de conditions de récolte, ou en fonction de l’usure.

Les petites céréales, le soya et le maïs provoquent un contact différent sur la plaque d’impact du capteur de rendement. Même entre deux types de soya – un soya natto et un soya régulier par exemple, l’impact sera différent. La quantité d’eau dans le maïs fait aussi réagir la plaque d’impact différemment.

À lire aussi :

L’utilisation des capteurs de rendement (page 5), dans le document Guide pour la production et l’utilisation des cartes de rendement, d’Agrinova

Calibrer ses capteurs de rendement (article du Bulletin.com)

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires