Lisier et survie des champs de foin l’hiver

Des situations d’urgence ont amené certains producteurs en Ontario à épandre une partie de leur lisier sur des champs de foin ou de blé d’automne tard en saison ou sur un sol gelé. À cause du couvert végétal encore présent, ils ont choisi ces champs pour limiter les risques d’érosion et de ruissellement. Mais la survie à l’hiver de ces cultures en subit les conséquences. En plus de la compaction causée par le passage de la machinerie et du dommage aux couronnes des plantes, on ajoute la présence de sels provenant du lisier pouvant affecter la survie des plantes.

Durant la saison de croissance, la concentration en sels dans la zone racinaire n’est pas problématique. Les précipitations régulières se chargent de dissoudre ces sels à travers le profil de sol. Toutefois, quand le sol est gelé ou compacté et que les infiltrations sont très ralenties ou inexistantes, les sels du lisier restent à la surface et sont toxiques pour les racines. Le lisier contient plusieurs sels, dont l’ammonium, le calcium, le magnésium, le potassium et le sodium. L’analyse varie selon les espèces animales produisant le lisier, le type d’alimentation du troupeau et la concentration naturelle de l’eau à la ferme.

Si des conditions météo empêchent l’application du lisier à l’automne, il vaut mieux trouver des solutions d’entreposage temporaire ou favoriser des champs de cultures annuelles ayant beaucoup de résidus que de sacrifier les champs de foin ou de blé d’automne.

Source : MAARO

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires