Marché des grains: Du vert à Chicago

Les principales céréales ont terminé à l’unisson en zone positive pour la semaine, la palme de la plus forte hausse revenant au blé en raison de la qualité du blé d’hiver aux États-Unis qui demeure affectée par la sécheresse.

Le soya s’est renforcé cette semaine en raison de la faiblesse prévue de la récolte de soya en Argentine. Le pays connait une sécheresse depuis plusieurs semaines qui a affecté ses rendements de maïs mais surtout de soya. La fève a grimpé à son niveau le plus élevé depuis le 9 avril à la suite du dernier rapport sur les prévisions de récolte du pays.

Le maïs continuait pour sa part de prendre en galon. Le printemps froid et pluvieux retarde les travaux dans les champs et la fenêtre pour les semis de maïs s’en trouve rétrécie. Du beau temps est toutefois prévu dans les prochains jours dans les régions productrices de la céréale et le retard accumulé pourrait bien rétrécir à vitesse grand V. Le prix du boisseau à Chicago a tout de même grimpé à son niveau le plus élevé depuis le 21 juillet 2017.

Le blé s’est aussi retrouvé en territoire positif grâce au piteux état du blé d’hiver dans le sud des États-Unis. Selon le dernier rapport, 31% de la récolte est considérée être en mauvaise, ou très mauvaise condition. Le prix vendredi a par contre été influencé par les chiffres de Statistique Canada qui a prévu une forte hausse de 13% de la production de blé pour 2018.

Le boisseau de soya pour juillet a terminé avec un gain de 1,5% à 10,5625 $US contre 10,4025 $US  vendredi dernier. Le boisseau de maïs pour  juillet a gagné 3,4% pour finir la semaine à 3,9850 $US contre 3,8550 $US il y a une semaine. Le boisseau de blé pour juillet a fait un bond de 4,5% sur la même période à 4,9850 $US contre 4,7725 $US.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires