Marché des grains: Le maïs malmené

La semaine a été ponctuée par la propagation du covid-19 à travers le monde et les mesures prises par les différents gouvernements pour l’endiguer. La guerre des prix du pétrole est partie en vrille à mesure que la certitude d’une récession a été confirmée. Le pétrole a atteint durant la semaine son niveau le plus bas en 20 ans. Puisque le prix de l’éthanol et donc du maïs est étroitement à celui du pétrole, la céréale a trébuché à Chicago.

Le blé et le soya ont par contre terminé en hausse grâce à des commandes provenant de la Chine. Les commandes ont totalisé 756 000 tonnes de maïs, 340 000 tonnes de blé dur rouge d’hiver et 110 000 tonnes de soya. Ces ventes ont donné un regain de confiance face à l’entente entre la Chine et les États-Unis. Depuis le 15 janvier, les ventes vers la Chine étaient au point mort et les achats chinois provenaient surtout de l’Amérique du Sud.

Le blé a pour sa part bénéficié de la forte demande pour le pain et les pâtes dans le présent contexte.

La FAO a d’ailleurs dit craindre une inflation des prix dans l’alimentation à la suite des mises en quarantaine et des achats massifs qui ont suivi dans les épiceries.  Selon un économiste principal de la FAO et des analystes agricoles, il existe de nombreuses réserves de céréales de base et d’oléagineux dans les principaux pays exportateurs mais une panique pourrait compromettre le libre échange des biens entre pays.

“Tout ce dont vous avez besoin, c’est une frénésie d’achat auprès de gros importateurs tels que des meuniers ou des gouvernements pour créer une crise”, a déclaré Abdolreza Abbassian, économiste en chef à la FAO.

“Ce n’est pas un problème d’approvisionnement, mais c’est un changement de comportement par rapport à la sécurité alimentaire”, a-t-il déclaré à Reuters.”Que se passe-t-il si les acheteurs en vrac pensent qu’ils ne peuvent pas recevoir de blé ou de riz en mai ou juin? C’est ce qui pourrait conduire à une crise mondiale de l’approvisionnement alimentaire. »

Le boisseau de maïs pour mai a terminé vendredi à 3,4360 $US contre 3,6575 $US contre vendredi dernier.

Le boisseau de blé pour mai a fini à 5,3920 $US par rapport à 5,0600 $US une semaine plus tôt.

Le boisseau de soya pour mai a terminé à 8,6240 $US comparativement à 8,4875 $US la semaine dernière vendredi.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires