Marché des grains: Des céréales en attente

La météo et les superficies de champs continuent de miner les cours à Chicago

Les contrats à terme des principales céréales ont terminé la semaine sur une note négative, le maïs encaissant même une 3e séance consécutive en baisse vendredi. Les courtiers réagissaient à la morosité des données d’exportation américaines et aux prévisions d’une météo plus clémente pour le week-end. Seul le soya a bien réagi à la nouvelle que les négociations reprenaient entre la Chine et les États-Unis pour mettre un terme à la guerre commerciale.

Articles connexes

À la suite de ventes décevantes à l’étranger, les marchés avaient aussi à l’oeil les achats de la Chine dans d’autres pays, dont la Russie. Le département de l’Agriculture des États-Unis a fait état de 121 200 tonnes de maïs américain  vendu à l’exportation au cours de la semaine précédant le 18 juillet, soit une baisse de 59% par rapport à la moyenne des quatre semaines précédentes.

Les inquiétudes des vendeurs vis-à-vis des rendements des récoltes de maïs se sont quelque peu apaisées, les modèles météorologiques mis à jour indiquant des prévisions météorologiques plus favorables à court terme dans plusieurs régions clés en pleine croissance aux États-Unis, et durant la période critique de la pollinisation.

Néanmoins, les menaces à la production demeurent, car les prévisions indiquent que le temps très chaud et sec pourrait revenir dans le Midwest américain au cours des deux prochaines semaines, en particulier dans certaines parties des États producteurs de l’Illinois, de l’Iowa et de l’Indiana.  

Les contrats à terme sur le blé ont subi les contrecoups des nouvelles concernant la récolte de blé en Europe occidentale. Cette dernière avait progressé rapidement cette semaine, bien que les pluies aient  les travaux. La France devrait récolter entre 38 et 39 millions de tonnes de blé tendre cet été, avec des niveaux de qualité conformes aux normes d’exportation, a déclaré vendredi l’exportateur de céréales Soufflet. Les prix sont toutefois restés soutenus par les perspectives de récolte de moindre qualité en Russie, premier exportateur. SovEcon a abaissé de 6,2 millions de tonnes ses prévisions concernant les exportations russes de blé de la nouvelle campagne de commercialisation 2019/20, à 31,4 millions de tonnes.

Le boisseau de maïs pour décembre a terminé vendredi à 4,2450 $US. Le boisseau de blé pour livraison en septembre a fini à 4,9600 $US. Le boisseau de soya pour novembre s’est établi à 9,0100 $US contre 8,9975 $US à la précédente clôture pour une hausse minime de 0,1 %.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires