Semis : un excès de vitesse peut coûter cher

Une vitesse excessive peut affecter l’uniformité du semis et de la levée

Pendant les semis de maïs, chaque minute compte. Parce que les fenêtres de beau temps sont limitées. Parce que les rayons de soleil que la plante ne capte pas ne reviendront pas.

Alors, on se dépêche. Malheureusement, si on élève démesurément la vitesse de semis, on risque de se tirer dans le pied. Lors du dernier Rendez-vous végétal, Missy Bauer, une spécialiste américaine réputée, en a fait la démonstration en présentant les résultats d’un essai qu’elle a réalisé.

L’agronome a semé une parcelle à 3,5 mph (milles par heure) et juste à côté, une seconde parcelle à 5,9 mph. Elle y est ensuite retournée pour évaluer la qualité de la levée. Pour ce faire, elle a examiné chaque plant du rang extérieur des parcelles sur une longueur de 50 pieds.

Son diagnostic apparaît dans la photo au début de l’article. Missy Bauer a identifié les anomalies à l’aide de fanions de couleur. Rose pour une erreur d’espacement entre deux plants. Blanc pour un plant qui a émergé en retard. Jaune pour un plant absent.

Bilan de la parcelle semée à 3,5 mph : sur 100 plants, il y avait deux erreurs d’espacement, cinq retards d’émergence et deux plants manquants. Dans la parcelle semée à 5,9 mph : sur 106 plants, elle a relevé onze erreurs d’espacement, sept retards d’émergence et un plant manquant.

Missy Bauer martèle que le mot-clé d’un semis réussi, c’est «uniformité» : des plants de taille égale, espacés avec régularité… comme des piquets de clôture!

Elle rappelle qu’un manque d’uniformité peut causer aisément la perte de 2500 épis à l’hectare (environ 1000 épis par acre). Cela équivaut à une baisse de rendement de 370 kg/ha. À 200 $ la tonne, le manque à gagner atteint 74 $ l’hectare. Pour une entreprise de 500 hectares, cela représente une perte de revenu de 37 000 $.

Un excès de vitesse peut coûter cher!

 

à propos de l'auteur

Journaliste

André Piette

André Piette est un journaliste indépendant spécialisé en agriculture et en agroalimentaire.

Commentaires