Vos silos sont-ils propres?

Votre dernière récolte est toute vendue, vos silos sont vides. Mais sont-ils réellement prêts à accueillir la prochaine récolte?

Encore beaucoup de producteurs négligent d’inspecter et de nettoyer leurs silos à grain une fois vidés. Pourtant, la saleté qui s’y trouve pourrait nuire à la ventilation et contaminer les prochains grains à y être entreposés.

« On ne s’imagine pas tout ce qui peut rester comme poussière et grains moisis, sur les parois, dans les tranchés d’aération ou sous les planchers grillagés », souligne l’agronome Jean-Richard Mongeau, d’Agri-Marketing.

Un cas lui a été rapporté où le propriétaire d’un silo avait omis de nettoyer sous les grilles de plancher. La matière accumulée était si abondante qu’elle s’était mise à composter. La ventilation fonctionnait mal et elle se trouvait à pousser de l’humidité et de la moisissure vers les grains entreposés.

« Le fond du silo peut être une source d’humidité, affirme Jean-Richard Mongeau. Et comme les spores de moisissure voyagent par l’air, la ventilation les répand parmi les grains. »

Une fois un silo vidé, il faut profiter d’une relâche dans les travaux aux champs pour l’inspecter, le balayer et en gratter toutes les accumulations de poussières et grains moisis. La quantité de ces matières varie d’une année à l’autre, en fonction de l’humidité à la récolte ou du séchage effectué avant l’entreposage.

Ces matières peuvent provoquer des zones de grains moisis à certains endroits dans le silo, note Jean-Richard Mongeau. « Quand vous videz le silo, ce grain moisi se mélange avec le reste du grain de bonne qualité et c’est tout le lot qui en est détérioré. »

Pire encore, ces grains moisis peuvent former des croûtes, qui ensuite créent un bouchon qui empêche le silo de bien se vider. Le producteur qui entre dans le silo s’expose à plusieurs risques : être enseveli par des grains, se faire prendre un membre dans le dévidoir et respirer des moisissures.

Il existe sur le marché des acides qui peuvent aider lors du nettoyage des silos et du traitement des grains contre les moisissures, comme les produits Kemin.

Après avoir frotté les parois et le fond d’une structure d’entreposage, on peut les vaporiser avec un produit antimoisissure liquide ou souffler un produit sec.

Ces mêmes produits, dont la base est souvent un acide propionique, peuvent être appliqués sur les grains en traitement antimoisissure. Il y a aussi les acides sorbiques et benzoïques. Ces acides n’altèrent pas les grains. On les retrouve dans l’alimentation animale et dans des aliments transformés comme le pain.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires