Fin des produits d’huile de palme dans l’alimentation des vaches laitières

Ils exigent aussi la réciprocité pour les produits laitiers arrivant sur notre territoire

Vaches laitières à la mangeoire.

Dans le débat qui courrait depuis plus d'une semaine à propos de l’ajout de sous-produits d’huile de palme dans l’alimentation des vaches laitières, les Producteurs de lait du Québec ont tranché. L’organisation qui regroupe les producteurs laitiers de la province a demandé à ses membres, par voie de communiqué le 24 février 2021, de cesser l’utilisation de produits contenant de l’huile de palme ou ses dérivés dans l’alimentation des bovins laitiers. Les PLQ ont aussi demandé aux fabricants d’aliments d’ajuster leurs recettes en conséquence.

« Les Producteurs de lait du Québec prennent le dossier de l'utilisation du sous-produit de l'huile de palme dans l'alimentation de certaines vaches très au sérieux. Bien que l'utilisation de ce sous-produit soit faite de manière encadrée et en respect des normes gouvernementales en place, nous sommes conscients de la préoccupation environnementale liée à la production d'huile de palme. Il faut noter que les fabricants de nutriments pour l'alimentation animale n'utilisent pas d'huile de palme pure, mais valorisent un sous-produit de celle-ci », peut-on lire dans le communiqué.

Les PLQ exigent aussi le gouvernement et les transformateurs appliquent la réciprocité des normes sur tous les produits et ingrédients laitiers importés. Le tourteau de palme est notamment utilisé aux États-Unis et en Europe avec qui le Canada a signé des ententes commerciales.

De plus, l’organisation espère que l’ensemble de l’industrie alimentaire se penchera sur la question de l’utilisation de l’huile de palme qui est largement utilisée comme ingrédient alimentation humaine.

Comité d’experts

De son côté, les Producteurs laitiers du Canada ont pris la décision de former un comité d’experts pour évaluer la littérature scientifique actuelle, cerner les lacunes en matière d’information et examiner les questions soulevées par les consommateurs. Le comité regroupera des universitaires de différents domaines pertinents et des experts du secteurs. Des consommateurs seront aussi questionnés.

« Il est essentiel que les décisions soient prises sur une base factuelle et que la science guide notre secteur, d’où la création d’un groupe de travail d’experts », peut-on lire dans le communiqué.

En attendant les recommandations du comité, les PLC demandent que les producteurs laitiers envisagent des solutions de rechange aux sous-produits de palme.

La décision des PLQ est survenue le lendemain de la publication d'un article dans lequel le Conseil des industriels laitiers du Québec demandait aux PLQ de cesser l’utilisation de sous-produits issus de l’industrie de l’huile de palme.

« Nous, ce que l’on veut avant tout, c’est préserver la perception positive que le consommateur a vis-à-vis nos produits », a affirmé Charles Langlois, président-directeur général du Conseil des industriels laitiers du Québec, en entrevue avec La Presse.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires