Génisses laitières en grands parcs extérieurs

Lorsqu’ils ont inauguré leur nouvelle étable le 21 février 2017, Luc et Mathieu Bergeron, père et fils, de la ferme Bergenière de Saint-Blaise en Montérégie, ont logé tous les animaux dans l’étable, sauf les jeunes génisses. Celles-ci sont plutôt gardées à l’extérieur, dans des huches individuelles, mais sont en groupes dans des grands enclos.

PHOTO: MARIE-JOSÉE PARENT

Les génisses peuvent entrer et sortir de la huche, ainsi que courir, jouer et aller manger sans autre restriction que les clôtures de l’enclos. Et elles sont avec leurs amies, comme les génisses plus âgées et les vaches adultes qui, elles, sont dans l’étable. Les veaux se couchent souvent deux et même trois par huche. De la paille est ajoutée deux fois par semaine. Un manteau recouvre les veaux durant le premier mois. Luc et Mathieu Bergeron ont choisi les huches individuelles plutôt que collectives parce que l’entrée est plus petite dans les huches individuelles.

PHOTO: MARIE-JOSÉE PARENT

Pour manger, les génisses se rendent à la louve. Ce robot est situé dans une cabane chauffée. Seule la tétine est à l’extérieur. Un toit et des murs latéraux protègent le veau lorsqu’il pleut ou qu’il neige.

Les veaux ont aussi accès à de l’eau grâce à un abreuvoir chauffant et à de la moulée à volonté. À deux mois d’âge, la quantité de lait servi à la louve diminue graduellement. À presque trois mois d’âge, les veaux sont entrés à l’intérieur de l’étable.  «Ça diminue le stress, explique Luc Bergeron. Quand ils rentrent, ils sont déjà habitués à la moulée.»

Le sol est en gravelle. Chacun des deux enclos mesure 40 pieds par 40 (12 par 12 mètres). Le nombre de veaux varie au gré des vêlages. Actuellement, il y en a huit dans un parc et six dans l’autre.

Luc Bergeron a toujours gardé les veaux à l’extérieur, mais avant, ils étaient gardés dans des huches individuelles et ils rentraient à deux mois d’âge. «Ils sont plus beaux dehors, les veaux», dit-il.

PHOTO: MARIE-JOSÉE PARENT

à propos de l'auteur