Hommage à Alain Fournier au Symposium sur les bovins laitiers

Pour souligner la contribution de l’agronome Alain Fournier, décédé l’an dernier, le comité organisateur du Symposium sur les bovins laitiers du CRAAQ a remis un prix à son nom. Le Prix Alain-Fournier a été remis à l’étudiant Juan Carlos Arango Sabogal pour son affiche portant sur la paratuberculose.

L’agronome Alain Fournier est bien connu des lecteurs du Bulletin des agriculteurs puisqu’il a collaboré pendant plusieurs années à la rédaction d’articles sur la production laitière dans nos pages. Il est aussi celui qui a imaginé la chronique info-élevages.

Le comité organisateur a remis ce prix pour maintenir vivante la participation et l’implication d’Alain Fournier. En plus d’être employé du MAPAQ à la direction régionale du Centre du Québec, Alain Fournier a été impliqué pendant plusieurs années à l’organisation du Symposium.

« Pour Alain et les producteurs laitiers qu’il accompagnait, la recherche et l’innovation étaient toujours des dossiers prioritaires et il savait bien faire le lien entre la recherche et la ferme », a mentionné le comité organisateur du Symposium lors de l’annonce de la remise de ce prix.

Pour participer à ce concours, seuls les étudiants présentant une affiche de leur travail de recherche dans le cadre du Symposium étaient admissibles. Huit étudiants étaient en compétition. Un jury composé de gens de l’industrie et de producteurs a choisi le gagnant.

Paratuberculose

Rencontré pendant la session d’affiche, le récipiendaire du prix, Juan Carlos Arango Sabogal a mentionné que la paratuberculose est une maladie d’incidence économique pour les producteurs laitiers. Les conséquences sont une diminution de la production laitière, des réformes précoces et la perte de valeur de la carcasse à l’abattage.

Le projet de l’étudiant était de décrire l’incidence de la paratuberculose chez les animaux nés avant et après le programme volontaire de prévention et de contrôle de la paratuberculose en 2007. Le projet visait aussi à évaluer l’efficacité du programme. « Les animaux nés après la mise en place du programme excrètent moins de bactéries causant la paratuberculose », explique Jean Carlos Arango Sabogal.

Voici les retombées pour le secteur laitier :

– Le programme de prévention et contrôle de la paratuberculose est efficace pour le contrôle de la paratuberculose et un bon exemple de mesures de biosécurité ciblées à la ferme.

– De plus, ce programme est probablement efficace pour le contrôle d’autres maladies entériques contagieuses à transmission féco-orale (Escherichia coli, Campylobacter spp., Salmonella spp. et Cryptosporidium spp.)

– Améliorer l’hygiène des vaches en préparation au vêlage et éviter le contact des veaux avec des vaches adultes ou leurs fèces sont des pratiques qui devraient être priorisées pour le contrôle de la paratuberculose au Québec.

Coup de cœur

Parmi toutes les affiches présentées (11), les participants au Symposium étaient invités à voter pour leur affiche préférée. C’est celle d’Annie Perron, employée d’Agrinova, sur les ingrédients simples en traite robotisée qui a été récompensée. Un article sur le sujet a été présenté dans le numéro d’octobre du Bulletin des agriculteurs.

Plus de 500 personnes ont participé au Symposium sur les bovins laitiers présenté le 24 octobre 2017 à Drummondville, dont plus d’une centaine par webdiffusion.

L’agronome Alain Fournier. PHOTO: MARIE-JOSÉE PARENT

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires