La prolificité porcine danoise attire près de 200 personnes

Le titre de « 41 porcelets sevrés par truie par année » choisi par la division Provimi de Cargill a attiré 183 personnes présentes lors d’un dîner conférence le vendredi 10 février dernier à Drummondville. La prolificité des truies était à l’honneur avec la présentation d’un producteur danois très performant. La réflexion a continué avec ce qui pourrait être réalisé au Québec.

Une majorité des 183 personnes présentes était des producteurs de porcs ou employés.

Le Danemark possède un million de truies pour 32 millions de porcelets de 30 kg. Un grand nombre est exporté, soit 13 millions de porcelets de 30 kg et 19 millions de porcs. Les fermes ont en moyenne 742 truies.

Le producteur porcin danois Danni Sørensen est directeur des opérations de deux fermes porcines, l’une de 1550 truies et l’autre de 700 truies. Certains porcelets sont vendus à 7 ou 30 kg, alors que d’autres sont engraissés. Il est copropriétaire avec son frère Jonas.

Performances

Danni Sørensen sèvre 40,3 porcelets par truie par année. En moyenne, les producteurs danois sèvrent 31,4 porcelets par truie par année.

L’éleveur danois Danni Sørensen et le représentant Cargill au Danemark Lars Naursgaard.

La génétique prolifique danoise peut expliquer une partie de la réussite, mais comment Danni Sørensen fait-il ensuite pour sevrer tous ces porcelets? Le secret est le soin aux porcelets. Danni Sørensen avoue consacrer beaucoup de temps aux petits porcelets. L’objectif est de réduire le plus possible la mortalité présevrage.

L’autre secret de la réussite est le procesus d’adoptions. Il en fait beaucoup. Les porcelets ont aussi droit à une alimentation lactée en plus de celle offerte par la truie. Alors que la mortalité moyenne présevrage est de 13,4% chez les éleveurs danois, elle n’est que de 8,4% chez lui.

Au Québec

Appelé à discuter de l’amélioration des performances québécoises en maternité, le vétérinaire François Cardinal des Services vétérinaires ambulatoires TripleV estime que l’atteinte de 30 porcelets sevrés par truie par année n’est pas une finalité en soit. On peut faire mieux. Il y a plusieurs petits détails à améliorer au niveau de la génétique, des installations et de la régie.

Le vétérinaire François Cardinal.

Portrait des fermes

Propriétaires : Jonas et Danni Sørensen

Employés : 12, plus les deux parents

Ferme Store Vognsbæk : 1550 truies produit 60 000 porcelets 7 kg et +

Ferme Nørgård – Mellemgård – Skærumgård : 700 truies produit 23 000 porcelets 30 kg et de 12 000 à 13 000 porcs à l’engrais

Performances en maternité :

Porcelets sevrés par truie par année : 40,3

Portée par truie par année : 2,37

Pourcentage 1e parité : 23

Nés vivants : 18,5

Morts nés : 0,9

Morts présevrage : 8,1%

Sevrés par portée : 17,0

Jours non productifs : 7

Taux de mise-bas : 92,9%

 

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires