La transition vers les poules en liberté s’essouffle

La tendance vers le transfert de la production d’œufs vers les poules en liberté s’essouffle aux États-Unis. Selon les experts de la Division Échange du Savoir de la coopérative financière américaine CoBank, le surplus d’œufs sur le marché diminue les ardeurs des grandes entreprises alimentaires pour la conversion de la production d’œufs de poules en liberté.

Dans un rapport intitulé Les engagements sans cage peuvent-ils être respectés? (Can the Cage-Free Commitments be Met?), la coopérative explique qu’au même moment deux phénomènes ont mené à ce revirement. Premièrement, l’épidémie de grippe aviaire de 2015 a provoqué une hausse du prix des œufs et incité les producteurs d’œufs à accroître leur production. Deuxièmement, 229 grandes entreprises alimentaires se sont engagées à utiliser des œufs issus d’élevages sans cage d’ici 2025.

«Depuis, la production sans cage a augmenté au milieu d’un excédent d’œufs bon marché, fabriqués de manière conventionnelle», explique Trevor Amen, économiste des protéines animales chez CoBank.

Cette offre excédentaire a fait baisser la demande d’œufs sans cage plus chers, une condition qui devrait durer plusieurs mois, soit au fur et à mesure que l’offre conventionnelle diminuera.

Entre-temps, la production totale d’oeufs de table devrait revenir aux tendances historiques de croissance, car les faibles prix des œufs encouragent les producteurs à réduire leur production et la rentabilité à revenir à des niveaux normaux.

«Cela permettra aux œufs sans cage de remonter aux moyennes historiques et contribuera à faciliter la transition dans les années à venir, car une réduction de la production d’œufs sans cage ramènera l’offre à la véritable demande», a déclaré Trevor Amen.

Conversion prudente

Pour respecter pleinement les engagements pris par les entreprises alimentaires de commercialiser la totalité ou une partie importante de leurs œufs sans cage, environ 223 millions de pondeuses, soit près des trois quarts de l’ensemble du troupeau, devraient satisfaire aux critères.

Il en coûtera à l’industrie environ 10 milliards de dollars américains pour effectuer la transition nécessaire pour respecter les engagements sans cage, la plus grande partie de ces dépenses étant la conversion des poulaillers existants de pondeuses ou la construction de nouvelles installations. La surabondance actuelle d’œufs conventionnels rend cet investissement difficile à court terme, souligne le rapport.

Cependant, le marché des œufs devrait se renforcer, fournissant une incitation économique à répondre aux forces du marché. Les exportations robustes d’œufs aident à réduire l’offre nationale d’œufs et devraient soutenir la valeur de gros en 2018.

Le rééquilibrage du marché permettra à la transition sans cage d’être guidée par la demande fondamentale des consommateurs plutôt que par les promesses faites par les détaillants et les fabricants de produits alimentaires, a déclaré Trevor Amen.

«En conséquence, les grands producteurs d’œufs adoptent une approche plus prudente de l’expansion des élevages sans cage en se concentrant sur le potentiel de croissance à long terme et les attentes de prime du marché», a déclaré Trevor Amen.

à propos de l'auteur

Commentaires