Penser l’étable en fonction du robot

Photo : Marie-Josée Parent

Photo : Marie-Josée Parent

Présents dans seulement 3,2 % des troupeaux québécois, les robots de traite sont en nette progression. Bien que 90 % des étables soient entravées, plus de 90 % des nouvelles constructions d’étables laitières sont en stabulation libre.

Il y a un certain nombre d’éléments à considérer pour l’aménagement d’une étable robotisée. En fait, il ne s’agit pas simplement d’installer un robot dans le fond de l’étable.

Construire ou rénover?

Est-ce possible d’installer un robot dans une étable existante ? Certainement, mais c’est du cas par cas. Les étables plus anciennes sont souvent trop basses et trop étroites pour songer à y installer un robot. Autant Joep Driessen de CowSignals, Steve Adam de Valacta que Guillaume Peeters de Lely pensent qu’il est plus simple de construire à neuf. Toutefois, Guillaume Peeters a en tête certaines étables existantes qui ont pu être rénovées avec efficacité.

Stalles

L’élément numéro un à considérer, c’est la stalle. Elle doit être confortable. « Pour la dimension des stalles, je suis non négociable », tranche Steve Adam. Il faut que la vache puisse se coucher confortablement et qu’elle puisse se relever tout aussi facilement.

Alimentation

L’espace à la mangeoire est le deuxième élément à considérer. Les experts ne s’entendent pas sur l’espace à donner à la vache à la mangeoire. Le plus sévère est Joep Driessen. Selon lui, toutes les vaches doivent accéder à la mangeoire en tout temps. Il recommande un espace de 70 cm par vache.

Abreuvement

Comme les mangeoires, les abreuvoirs sont importants pour stimuler la production laitière. Les aires d’abreuvement doivent être faciles d’accès et permettre la libre circulation des autres vaches.

Libre circulation

« La libre circulation est pour les animaux, mais aussi pour les humains, explique Guillaume Peeters. Le but est d’être plus efficace. » Puisqu’une vache se sent comme une proie, elle ne doit jamais se retrouver devant un cul-de-sac.

Derrière le robot

L’élément le plus négligé lorsque vient le temps de penser son étable en fonction des robots, c’est l’arrière-robot. C’est là que les producteurs cherchent malheureusement à économiser. « Un robot est aussi une machine pour sélectionner les vaches », explique Joep Driessen. Dans leur groupe, les vaches sont quasiment impossibles à isoler, surtout si l’étable a été bien conçue en fonction de la libre circulation. Il faut utiliser le robot qui reconnaît la vache et la dirige vers l’arrière-robot.

Prévoir du temps

« Plus la planification a été bien établie, plus c’est facile de s’adapter et moins il y a d’imprévus », explique Steve Adam.

Un article plus complet sur le sujet est présenté dans Le Bulletin des agriculteurs du mois de juin. Il est intitulé Autour du robot.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires