Une production porcine chinoise en mutation

La Chine produit la moitié du porc mondial. Ce n’est pourtant pas suffisant pour fournir toute la viande que ce pays a besoin pour nourrir sa population de plus en plus urbaine. Avec la diminution de la production artisanale dans les arrières cours au profit de la production industrielle, les fermes ont des performances de production plus faibles que ce que nous connaissons en Amérique du Nord.

L’économiste Fred Gale du USDA Research Service a produit un rapport intitulé China’s Porc Imports Rise Along with Production Costs. L’économiste du Service de recherche du Département américain de l’agriculture y compare la compétitivité du porc américain importé en Chine avec le porc produit localement. Les données chinoises proviennent de la Commission chinoise de planification de 2015 (CNDRC). Les coûts ont été convertis en dollars américains.

Coûts de production

L’alimentation est le principal coût de production autant en Chine qu’aux États-Unis. Le coût d’alimentation par livre de gain vivant représente 35 à 40% du prix de vente de 2009 à 2015. Le coût de l’alimentation a monté de façon importante entre 2000 et 2014, puis diminué en 2015.

De 2000 à 2014, le coût d’alimentation est passé de 21 à 70$US par 100 livres (45 kg). L’augmentation du coût d’alimentation a été plus graduelle aux États-Unis, passant de 17 à 40$US le 100 livres (45 kg) durant la même période. Ainsi, le coût d’alimentation était 20% plus élevé en Chine en 2000, mais de 77% plus élevé en 2014. À la fin de 2015, le coût d’alimentation était toujours de 75% plus élevé.

La part des coûts de main d’œuvre n’est pas beaucoup plus élevée en Chine qu’aux États-Unis puisque la productivité du travail est plus faible en Chine. Pour sa part, le coût d’achats des porcs est très variable d’une année à l’autre pour les deux pays.

Efficacité

Même si le gouvernement chinois a un plan pour augmenter la productivité des fermes porcine, celle-ci est inférieure à celle des Américains. Le gain moyen quotidien est passé de 1,2 à 1,37 livres (0,54 à 0,62 kg) par jour entre 2000 et 2015. Aux États-Unis, il est plus élevé, soit à 1,85 livres (0,84 kg) par jour en 2014. Cela représente un gain de 24% plus élevé que des fermes commerciales chinoises et 39% plus élevé que les productions artisanales chinoises.

Les fermes américaines sont aussi plus efficaces en terme de conversion alimentaire. Toutefois, une différence de 11% à 15% de plus que les fermes commerciales et artisanales chinoises suggèrent que les fermes américaines obtiennent de meilleurs gains en utilisant davantage d’aliments, pense Fred Gale.

Alors que les fermes chinoises délaissent de plus en plus la production artisanale, les gains de productivité sur les fermes américaines risquent de se concrétiser. De plus, un projet national de cinq ans pourrait diminuer la différence entre l’efficacité des deux pays. Toutefois, les importations croissantes de porc en Chine reflètent l’importance de la rareté des ressources dans ce pays où la production porcine est en profond changement.

Source : National Hog Farmer

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires