15% plus de producteurs d’œufs au Québec

Le nombre de producteurs d’œufs est en nette croissance au Québec. De 113 en 2015, il est maintenant de 130. Le nombre de poules est, de son côté, passé de 4,3 à 4,7 millions.

PHOTO: MARIE-JOSÉE PARENT

« Avec les nouvelles allocations de janvier dernier, nous dépasserons bientôt les 5 milliards de poules », explique le conseiller en communications de la Fédération des producteurs d’œufs du Québec, Benjamin Gagnon.

Par conséquent, la production d’œufs est également en augmentation. Elle est passée de 1,3 en 2015 à 1,4 milliards en 2016.

Les producteurs d’œufs du Québec se réuniront lors de l’assemblée générale annuelle de leur Fédération les 11 et 12 avril à Québec.

Les nouvelles entreprises de ce secteur sont variées : des producteurs qui ont voulu se diversifier, d’autres qui ont voulu établir leur relève, des producteurs qui ont obtenu un droit de produire en vertu du Progamme d’aide au démarrage de nouveaux producteurs d’œufs. À ceux-là s’ajouteront, en 2017, des producteurs qui vendront directement au consommateur.

Nouveau code

L’un des principaux dossiers de l’heure qui sera certainement discuté lors de l’assemblée général est sans contredit le nouveau Code de pratiques pour le soin et la manipulation des poulettes et des pondeuses, paru le 27 mars dernier.

« Nous aurons 15 ans pour élminer les logements conventionnels de poules, explique Benjamin Gagnon. Dans huit ans, sur les 1000 producteurs d’œufs du Canada, la moitié devra les avoir éliminer. Nous, au Québec, ça va être fait bien avant ça. »

Il estime qu’il faudra de trois à quatre ans pour toutes les éliminer au Québec. Déjà 31% des poules sont soit en logement aménagé (17%) ou en liberté (volière et parquet, 14%). Toutes les nouvelles constructions sont en logement aménagé, en volière ou en parquet.

Avec la publication du nouveau Code, Benjamin Gagnon estime que la tempête concernant la pression pour loger les poules en liberté est passée. « C’est maintenant reconnu que de tous les systèmes, le logement aménagé est celui qui apporte le meilleur bien-être aux oiseaux et aux producteurs », dit-il.

Les grands acheteurs d’œufs qui ont décidé d’acheter de se tourner vers l’achat d’œufs de poules en liberté se rendent compte que cette tendance ne se réflète pas à l’épicerie. C’est finalement la pression des activistes qui les a amenés à faire ces changements.

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires