A moins d’agir rapidement, le Canada met en péril son approvisionnement en eau douce

Ottawa (Ontario), 15 janvier 2009 – Des scientifiques de premier plan ainsi que des spécialistes de la réglementation des eaux et experts juridiques ont signé une Déclaration sur l’eau douce. La Déclaration qui fait date fait appel aux trois niveaux de gouvernement afin que, rapidement, ils élaborent une stratégie d’eau douce intégrée qui protège la nature et ses besoins tout en proposant des mesures équitables pour approvisionner en eau les humains, l’agriculture et l’industrie.

Dans ses deux derniers discours du Trône, le gouvernement Conservateur apromis d’élaborer une nouvelle stratégie canadienne de l’eau et il a adoptéune loi interdisant le prélèvement d’eau en vrac dans les grands bassinsfluviaux du pays. Dans son discours du Trône et son budget de la semaineprochaine, le gouvernement doit renouveler cette promesse et mettre en branled’importantes mesures relativement à d’autres aspects critiques.

« Il entre dans le mandat des gouvernements de protéger et préserver lesressources d’eau douce pour les besoins et le plaisir de tous les Canadiens,rappelle le Dr Adele Buckley, Présidente de la table ronde sur l’eau douce, àl’origine de la Déclaration. N’ayant pas de politique intégrée, le paysnavigue aux instruments et il met son économie et sa prospérité économique enpéril. »

L’abondance de l’eau est un mythe. Seulement 1 % du bassin des GrandsLacs et des autres grands bassins hydrologiques se renouvelle chaque année.Et, dans le reste du pays, une grande partie des fleuves et rivières coulentvers le nord; les zones peuplées n’y ont pas accès. Le pays souffre depénuries d’eau régionales, de la pollution extrême causée par l’exploitationdes sables bitumineux et des mines, des déficiences dans la gestion desressources en eau, d’une structure de gouvernance fragmentée et noncoordonnée, et de complaisance face aux effets du changement climatique surl’approvisionnement en eau.

En conséquence, les signataires de la Déclaration demandent aux autoritésde dépasser la barrière traditionnelle entre les compétences fédérales,provinciales et municipales, et ils formulent huit grandes recommandations :

  • Elaborer une stratégie pancanadienne de l’eau douce
  • Financer une infrastructure de l’eau douce et des eaux usées, et la lier à ses plans visant à intégrer la conservation, le rendement et l’innovation
  • Permettre la formation d’une politique éclairée et relancer la recherche scientifique et la collecte des données
  • Améliorer et mettre en vigueur les mesures de protection réglementaires
  • Inscrire l’adaptation au changement climatique au coeur des politiques de l’eau
  • Interdire, par des lois obligatoires, le prélèvement d’eau en vrac dans les bassins fluviaux du Canada
  • Assumer la part de la responsabilité collective globale qui revient au Canada quant à l’accès équitable à de l’eau salubre

La déclaration vient de la table ronde sur l’eau douce, tenue à Torontoen novembre 2008 dans le cadre du programme continu du projet de Science forPeace et de Canadian Pugwash sur les enjeux globaux.

« Il y a quelques parallèles entre la Déclaration et l’avis transmis auprésident désigné, Barrack Obama, en novembre dernier, par quelque 25organismes non gouvernementaux étasuniens, explique Ralph Pentland,ex-directeur de la planification et gestion des eaux au gouvernement fédéral.Mais, que le gouvernement étasunien agisse ou non maintenant, le nôtre doitrevitaliser le secteur fort maltraité des sciences de l’eau, il doit renverserla tendance malsaine à la déréglementation et capitaliser sur les possibilitésréelles qu’offre une meilleure coordination des politiques de l’eau, du climatet de l’énergie. »

Les organismes Canadian Pugwash et Science for Peace ont à coeur de faireavancer la cause de la paix et d’alléger les causes de l’insécurité mondiale,notamment les crises que l’inaction entraînerait dans le futur en matière deviabilité de l’environnement. Canadian Pugwash est la filiale canadienne desconférences Pugwash sur la science et les affaires mondiales, qui ont reçu leprix Nobel de la paix conjointement avec Sir Joseph Rotblat, leur fondateur.L’un et l’autre sont des organismes de bienfaisance enregistrés.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Parti progressiste-conservateur (PC)
http://www.pcparty.ca/

Commentaires