Concours du Mérite national de la pêche et de l’aquaculture : les lauréats

Québec (Québec), 26 novembre 2001 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau, a dévoilé les noms des lauréats de l’édition 2001 du concours du Mérite national de la pêche et de l’aquaculture lors d’une cérémonie tenue à la salle du Conseil législatif de l’Hôtel du Parlement.

« Je suis très fier d’être associé à la première édition de cet événement de reconnaissance du talent et de l’ingéniosité des artisans de l’industrie des pêches et de l’aquaculture. Reconnaître le travail des hommes et des femmes du secteur ainsi que leur contribution au développement économique du Québec et plus particulièrement des régions maritimes du Québec, revêt une très grande importance à mes yeux », a précisé M. Arseneau.

Ainsi, dans la catégorie « Ressource halieutique », le prix est décerné à Pétoncles 2000. Cette entreprise madelinienne, composée d’une vingtaine de pêcheurs, a choisi la voie du développement durable en utilisant une méthode avant-gardiste de réensemencement de pétoncles. L’augmentation des débarquements de cette espèce aux Îles-de-la-Madeleine devrait permettre de quintupler le rendement de la pêche.

Dans la catégorie « Mise en marché », le prix est décerné à l’entreprise Les Pêcheries Gros-Cap inc. Cette usine de transformation se démarque par la diversification de ses activités. En effet, en plus de traiter annuellement un millier de tonnes de homards et de crabes, l’entreprise transforme l’aiguillat commun, le hareng et le maquereau. L’ensemble de ses activités est significatif en matière de retombées économiques dans l’archipel.

Dans la catégorie « Distinction honorifique », le prix est décerné à M. Ernest Després. Ayant commencé sa carrière dans le secteur des pêches en 1963, M. Després s’est illustré par sa versatilité et ses qualités de gestionnaire dans les entreprises de transformation qu’il a dirigées.

« Le travail exceptionnel qui a mérité ces honneurs aux lauréats témoigne de la vitalité et du savoir-faire de l’industrie québécoise des pêches et de l’aquaculture », a conclu le ministre Arseneau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires