Inquiétude des producteurs d’oeufs de consommation du Québec

Longueuil (Québec), 25 novembre 2002 – Les présentes négociations de l’OMC sur la
libéralisation des marchés agricoles inquiètent les productrices et
producteurs d’oeufs de consommation du Québec. L’envoi d’un poêlon
à tous les députés fédéraux du Québec rappelle que la gestion de l’offre, mise
en place grâce à une loi fédérale il y a 30 ans, a permis le développement de

la production des oeufs et de tout le secteur, sans que le gouvernement n’ait
à verser de subventions aux producteurs et à l’industrie.

Le tableau qui accompagne l’envoi du poêlon est fort éloquent : la
production d’oeufs de consommation du Québec ne pèse pas bien lourd dans la
balance commerciale face aux Américains. Le Québec compte une centaine de
fermes productrices d’oeufs de consommation pour une production totale de
84 millions de douzaines d’oeufs par année alors que la production américaine
est de l’ordre de 6,7 milliards! « En réclamant des réductions de tarifs sur
les importations, tout en continuant à subventionner leurs producteurs, les
Américains n’ont jamais abandonné l’idée de s’approprier nos marchés et de les
inonder, » rappelle le président de la Fédération des producteurs d’oeufs de
consommation du Québec, M. Michel Gauvin.

Au Québec seulement, les activités reliées à la production, à la
classification, à la transformation et à la distribution génèrent 910 emplois
directs et 480 emplois indirects. La part québécoise de la production
canadienne s’élève à 17,7 %.

La Fédération des producteurs d’oeufs de consommation du Québec invite
les députés fédéraux du Québec à continuer de défendre et de protéger la
gestion de l’offre, un système qui profite à tous, aux producteurs, aux
intervenants du secteur mais aussi aux consommateurs et au gouvernement
fédéral.

La mise en place, en décembre 1972, de l’Office canadien de
commercialisation des oeufs (OCCO) a permis en effet aux producteurs de tout
le pays de gérer collectivement la production de même que la commercialisation
intérieure. « Depuis 30 ans maintenant que nous répondons aux besoins des

consommateurs québécois et canadiens en leur assurant un approvisionnement
constant d’oeufs de qualité et à prix compétitif. La gestion de l’offre a fait
ses preuves » d’ajouter M. Gauvin.

Parce que le Canada contrôle la production et la commercialisation des
oeufs au moyen de la gestion de l’offre (appliquée également à la production
laitière, de poulet, de dindon et d’oeufs d’incubation), il lui a été possible
d’utiliser les dispositions du GATT (devenu l’OMC) pour limiter les
importations d’oeufs. La gestion de l’offre a permis de rendre la production
d’oeufs de consommation viable. Au Québec, l’élevage moyen est de 29 000
poules pondeuses. Aux Etats-Unis, huit multinationales ont chacune un troupeau
de cinq millions d’oiseaux…

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs d’oeufs de consommation du Québec

http://www.oeuf.ca

Office canadien de commercialisation des oeufs

http://www.canadaegg.ca

Commentaires