La Chine dépasse les États-Unis

La Chine est maintenant le plus important pays producteur d’alimentation animale, dépassant les États-Unis.

D’après une récente enquête réalisée par Alltech, la production mondiale de grains pour l’alimentation animale s’établirait à 873 millions de tonnes métriques. L’Asie est le continent où il s’en produit le plus, avec 305 millions de tonnes par année, suivie de l’Europe avec 200 millions de tonnes.

Il se produit annuellement 185 millions de tonnes en Amérique du Nord, 125 millions en Amérique latine et 47 millions en Afrique et au Moyen-Orient.

La production chinoise d’alimentation animale (feed) s’établit à 175.4 millions de tonnes, alors que celle des États-Unis se chiffre à 165 millions de tonnes. Selon Aidan Connoly, vice-président des comptes corporatifs chez Alltech, ces données sur la Chine sont plutôt conservatrices, puisqu’elles ne tiennent pas compte des moulées fabriquées à la ferme.

« Ce nouvel estimé mondial est très significatif, surtout lorsqu’on le compare au rapport WATT de 2010, qui faisait état de 717.6 millions de tonnes », affirme Aidan Connoly.

Les données du rapport du groupe WATT ne peuvent être comparées directement avec celles d’Alltech, mais selon Aidan Connoly, la production mondiale de moulées animales croit en moyenne de 4 % à 5 % par année.

La croissance s’observe en grand partie dans des pays en développement comme la Chine et l’Inde, où la consommation de viande augmente rapidement. Il y a aussi une croissance importante de la production dans les grands pays exportateurs, comme les États-Unis et le Brésil.

Selon Aidan Connoly, la consommation mondiale de viande devrait augmenter de 2,4 % par année. Cela peut sembler peu, mais cela veut dire qu’il faudra doubler la production de viande au cours des 30 prochaines années.

Pour Alltech, il s’agit d’une première enquête du genre. L’exercice sera répété l’an prochain, afin de mieux suivre la croissance. L’enquête n’inclut pas la production de fourrages.

« Au cours des 15 derniers mois, nous avons vu plus d’intérêt dans la production d’alimentation animale qu’au cours des dernières 15 années », affirme Aidan Connoly.

Commentaires