La Chine réduit sa production de maïs

Alors que Beijing est pressé d’épuiser de grandes réserves de maïs, le ministre de l’Agriculture de la Chine a annoncé qu’il planifie de réduire le nombre d’acres vouées à la culture du maïs en 2016 pour promouvoir d’autres types de cultures.

La Chine va plutôt favoriser la culture de haricots, d’autres céréales secondaires et de plantes fourragères là où les conditions le permettent, a déclaré le ministre de l’Agriculture Han Changfu au cours d’une réunion avec les représentants de l’agriculture des principales régions agricoles au nord-est du pays. Le ministre a également annoncé que plus de maïs à ensiler sera cultivé afin de nourrir les animaux.

Quatre provinces du nord-est de la Chine, incluant Heilongjiang et Jilin, assurent environ 40% de la production de maïs au pays et seront les principales régions ciblées par la réduction. « Nous devons bien comprendre l’importance et l’urgence d’effectuer un tel ajustement », a affirmé Han Changfu, qui n’a pas précisé combien d’acres seront touchées par la réduction.

Les représentants du gouvernement soutiennent qu’à cause de la détérioration des sols et des plans d’eaux, la Chine ne visera plus des récoltes phénoménales de grain, mais essayera plutôt de rendre prioritaires la production d’aliments sûrs et l’augmentation des importations alors que le pays tente de s’attaquer aux problèmes environnementaux en milieu rural.

« Faire pousser plus de maïs à ensiler est la stratégie à long terme du pays pour développer l’industrie des animaux d’élevage, soutient Li Qiang, analyste principal chez Shangai Intelligence Co. Ltd. (JCI). Mais à court terme, ce changement n’aidera pas à épuiser les réserves de maïs pour les humains, surtout parce qu’une autre récolte exceptionnelle est prévue cette année. »

Le plan de Beijing d’accumuler des réserves de maïs pour soutenir les revenus ruraux a fait grimper les prix du maïs pour les humains, le rendant 30% plus cher qu’ailleurs dans le monde. Ce plan a également provoqué des importations outremer de maïs et de substituts du maïs à bas prix.

De plus, les prix élevés ont encouragé les agriculteurs à augmenter la superficie sur laquelle ils font pousser du maïs. C’est pourquoi on s’attend à une production record cette année. Les analystes s’attendent à ce que Beijing soit aux prises avec 120 millions de tonnes de maïs à consommer dans les huit mois suivants la récolte d’octobre alors que les ventes hebdomadaires de maïs ont été affectées par une faible demande et des importations à faible coût.

Source : The Western Producer

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires