La hausse annuelle de l’IPC s’en tenait à 2,6 pour cent en juillet

Ottawa (Ontario), 22 août 2001 – Le taux annuel d’inflation était de 2,6 pour cent en juillet, bien moins que les 3,3 et 3,9 pour cent observés en juin et mai, indiquait mardi Statistique Canada. Si l’indice des prix à la consommation (IPC) a moins grimpé le mois dernier, « c’est essentiellement parce que les prix de l’énergie ont fléchi », constate l’agence fédérale.

Ainsi, l’écart s’est rétréci entre l’IPC d’ensemble et l’IPC dont est exclue l’énergie; ce dernier est monté de 2,7 pour cent depuis juillet 2000, un peu plus que les 2,5 pour cent de juin mais inférieur aux 2,8 pour cent calculés pour avril.

Les prix de l’énergie seule ont baissé de 6,1 pour cent en juillet comparé à juin, mais ils ont avancé de 2,8 pour cent comparé à juillet 2000.

Ce gain annuel est le plus faible depuis juin 1999 et représente un dixième de la montée de l’IPC d’ensemble. Les trois mois précédents, l’énergie équivalait plutôt au tiers de l’ensemble, les hausses sur 12 mois se tenant dans une fourchette de 10,4 à 16,0 pour cent.

L’effet d’entraînement du secteur de l’énergie provenait surtout d’une hausse de 37,5 pour cent du gaz naturel, mais bien loin de celle de 62,0 pour cent observée en juin; un gain de 5,0 pour cent dans l’électricité a été un autre facteur de hausse mais, à l’inverse, une baisse de 8,5 pour cent de l’essence a ralenti l’indice sectoriel de l’énergie.

Le secteur de l’alimentation aussi a poussé vers le haut l’IPC de juillet, pour presque un tiers de sa progression sur 12 mois; les aliments ont ainsi coûté 4,6 pour cent de plus (même hausse qu’en juin), les repas au restaurant, le boeuf et les fruits frais en étant la cause.

Hors l’alimentation et l’énergie, les cigarettes, l’intérêt hypothécaire, les loyers et véhicules automobiles ont également été des facteurs de progression de l’IPC d’ensemble; un recul du côté des matériels et fournitures informatiques a « eu un effet compensateur », note l’agence.

Au Québec, l’IPC était sur l’échelle à 113,6 en juillet, soit 0,1 pour cent plus bas qu’en juin et 2,3 plus haut qu’en juillet 2000 (le point de référence de 100 a été établi à l’année 1992).

En Ontario, il était à 118,3, soit une baisse de 0,2 pour cent sur juin et une augmentation de 3,1 pour cent sur 12 mois; au Nouveau-Brunswick, il s’établissait à 115,1, suivant une diminution de 0,4 pour cent et une montée de 1,5 pour cent sur ces deux périodes.

Source : Presse Canadienne

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada

http://www.statcan.ca/

Commentaires