Le Groupe Westco inc. entend s’opposer vigoureusement au projet de loi rétrograde déposé par le gouvernement du Nouveau-Brunswick

Saint-François-de-Madawaska (Nouveau-Brunswick), 4 juin 2008 – Le président-directeur général du Groupe Westco Inc., M. Thomas Soucy, est totalement outré par la décision prise par le gouvernement libéral, sans aucune consultation préalable avec Westco, au sujet de la transformation du poulet au Nouveau-Brunswick.

« Nous avons été informés du projet de loi du gouvernement hier matinseulement. Mon conseil d’administration composé à 100 % d’actionnaires duNouveau-Brunswick est outré par le fait que le gouvernement veuille nousobliger à vendre notre production au seul abattoir de la province qui est lapropriété d’une entreprise de l’Ontario », a déclaré M. Soucy. « Cette décisionéquivaut à une nationalisation de l’industrie avicole au Nouveau-Brunswickafin de protéger l’unique abattoir de la province, au détriment de tous lesproducteurs agricoles. Nous ne nous laisserons pas faire », a ajouté M. Soucy.

Le Groupe Westco Inc. a donné mandat à ses procureurs d’analyser leprojet de loi déposé par le ministre Ronald Ouellette, qui constitue unprécédent fort inquiétant. Cette nouvelle loi veut permettre au ministred’empêcher les échanges entre les provinces qui sont pourtant protégés par desaccords pancanadiens dépassant la juridiction provinciale. Cette loi soulèvede sérieux doutes à plusieurs égards, notamment au niveau constitutionnel, del’Accord de libre-échange nord-américain, de l’Accord sur le commerceintérieur et des principes établis par la Loi sur la concurrence. Parailleurs, selon nos premières analyses, cette loi pourrait empêcher Westco delivrer sa production à son propre abattoir lorsqu’il sera construit auNouveau-Brunswick.

« Ce projet de loi ne nous apparaît pas valide. Nous avons demandé à nosavocats de l’analyser et de nous proposer tous les recours juridiquespossibles afin de s’y opposer. Chaque semaine et depuis plusieurs années, desmillions de kilos de poulet se déplacent entre les provinces avec l’accord dugouvernement fédéral, et aujourd’hui le Nouveau-Brunswick veut y mettre fin.Nous continuons nos préparatifs menant à la construction de notre abattoir. Sile gouvernement veut nous empêcher de livrer notre production à notre abattoirau Nouveau-Brunswick, nous le construirons au Québec et il ne pourra pas,selon nos premières analyses, nous empêcher de le livrer là-bas puisque c’esten dehors de sa juridiction. Malheureusement, le gouvernement privera alorsnotre région de près de 250 emplois » a dénoncé M. Soucy.

Le projet de loi déposé constitue, selon Westco, un dangereux précédentqui ne vise qu’à renforcer le monopole existant dans l’abattage de pouletsdans la province et qui fausse les règles de la concurrence. Cette manoeuvredu gouvernement du Nouveau-Brunswick fait fi de la réciprocité que commande lecommerce interprovincial et ternit l’image d’ouverture et d’accueil desinvestisseurs, ici comme à l’étranger. Cette attitude va aussi à l’encontredes principes fondamentaux de la Loi sur la concurrence, et tend à donnerraison aux détracteurs du système de gestion de l’offre, qui prônent ladisparition du système et la liberté totale du marché, au détriment de lastabilité des revenus des producteurs agricoles. « Nous ne sommes plus à l’èrede la nationalisation. La décision prise par le gouvernement est totalementirresponsable et ne mesure pas toutes les conséquences de ce geste quidépassent, et de loin, le conflit entre notre entreprise et l’abattoir deMaple Lodge, » a déclaré M. Soucy.

Le 19 mars dernier, le Groupe Westco Inc. a annoncé un partenariat avecl’entreprise Olymel. Conformément à cette entente, le Groupe Westcotransférera sa production au Québec à partir du 20 juillet prochain, et ce,pour la durée de la construction de son abattoir. « En adoptant cette loi, legouvernement nous empêche de respecter notre contrat avec Olymel, ce qui nousoccasionnera de très importantes pertes financières. On est en droit de sedemander si le gouvernement prévoit nous compenser pour ces dommages qu’onévalue de façon très conservatrice à près d’un demi-million de dollars parmois », a conclu M. Soucy.

Rappelons que le Groupe Westco souhaite débuter prochainement laconstruction de son propre abattoir dans le nord du Nouveau-Brunswick. Laconstruction de cet abattoir générera des revenus de plus de sept millions dedollars en salaires seulement, soit l’équivalent de 200 emplois à35 000 dollars par année. Le fonctionnement de l’abattoir nécessitera quant àlui l’embauche de 200 à 250 travailleurs.

A propos de Westco
Groupe Westco Inc. est une société néo-brunswickoise dont le siège socialest situé à Saint-François-de-Madawaska. Issue de la vision communed’expansion de plusieurs producteurs avicoles, l’entreprise est devenue unexemple de réussite et de rentabilité. Westco possède ses propres couvoirs,fermes de reproduction et compagnies de transport en plus d’être l’une desplus importantes organisations de production avicole au Canada. Très engagéssocialement, l’entreprise parraine plusieurs programmes sociaux et contribue àdes levées de fonds dans la communauté.

Commentaires