Le steak haché de retour dans les cantines scolaires françaises

Paris (France), 5 février 2002 – La viande de boeuf fait son retour dans le menu des cantines scolaires françaises après avoir été boudé pendant plus d’un an par les établissements publics, inquiets de la seconde crise de l’ESB.

Une étude auprès de 500 communes représentatives, publiée mardi par le Centre d’information des viandes (CIV), montre que 97% des communes totalisant 89% des élèves de l’enseignement public de l’Hexagone ont réintroduit la viande de boeuf dans les écoles.

Les 3% qui continuent à bouder la viande de boeuf se trouvent essentiellement dans des grosses agglomérations dont Paris.

« Il s’agit d’une population qui a moins de repères par rapport aux produits et au monde agricoles », a expliqué à Reuters Louis Orenga, directeur du CIV.

Ces communes devraient néanmoins réintroduire au cours du prochain trimestre le boeuf dans les menus des cantines du primaire, a-t-il dit, insistant sur les bienfaits nutritionnels de cette viande pour les enfants.

Aussitôt après la seconde crise de la vache folle fin 2000, 67% des communes françaises représentant 82% des élèves avaient supprimé de leurs cantines la viande de boeuf, sous la pression des parents d’élèves.

Les scientifiques ont établi un lien entre l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvMCJ), une affection mortelle du cerveau.

La reprise de la consommation dans les cantines, amorcée depuis la rentrée scolaire de septembre 2001, a notamment porté sur le muscle (la viande non hachée) et dans une moindre mesure sur le steak haché, a relevé Louis Orenga.

« La priorité, c’est le muscle. Mais le steak haché est quand même de retour dans les cantines », s’est-il félicité, estimant que la garantie sanitaire et la traçabilité ont été les principaux facteurs de la reprise.

« Il apparaît aujourd’hui que les communes ont davantage tendance à demander de la viande française au détriment de la viande européenne dont la traçabilité n’est en place que depuis le 1er janvier 2002 », a-t-il expliqué.

Louis Orenga a toutefois estimé que la confiance restait « fragile », même si « la psychose n’est plus d’actualité ». « Il ne faut pas baisser la garde, la population est encore très sensible », a-t-il dit.

Depuis le début de l’année, le CIV, en partenariat avec les Comités régionaux interprofessionnels des viandes (Interbev), a lancé un vaste programme d’information afin d’encourager les établissements scolaires à réintroduire la viande de boeuf dans les cantines.

Cette campagne de promotion, qui va se poursuivre jusqu’à fin mars, concerne 22 500 établissements – 15 500 écoles primaires et 7000 collèges.

Source : Reuters

Commentaires