Ligne de temps

Maïs : avantages et risques du séchage au champ

Choisir à quel taux d’humidité on souhaite récolter son maïs est souvent une décision économique par laquelle on cherche un équilibre entre les pertes au champ et les coûts d’énergie pour sécher la récolte. D’autres facteurs, comme la solidité des tiges et la présence de moisissures sur l’épi, devraient être considérés dans le choix de la date de récolte.

Voici des informations détaillées sur le séchage du maïs au champ, transmises par l’agronome Stéphane Myre, de Dekalb.

Maturité et séchage du maïs
Quand le maïs atteint la maturité physiologique, ou le point noir, son taux d’humidité est d’environ 30 %. Plusieurs facteurs peuvent influer sur la vitesse de séchage du maïs au champ après la maturité.

Le temps chaud et sec peut accélérer le processus, tandis que le temps humide et frais peut le ralentir. De plus, le maïs semé tard et les hybrides de pleine saison ont tendance à sécher plus lentement.

Après la maturité, le rythme de séchage varie généralement entre 0,4 % et 0,8 % de perte d’humidité par jour. Le rythme de séchage dépend de la température et du taux d’humidité et peut être aussi faible que 0,3 % par jour un supérieur à 1 % par jour.

Règle générale, le taux de perte d’humidité continue de diminuer avec la baisse des températures et le raccourcissement des jours, et le maïs qui atteint la maturité au début de septembre devrait sécher plus rapidement que celui qui atteint ce stade au début d’octobre.

Après la maturité physiologique (point noir), la teneur en humidité du grain est influencée par l’atmosphère qui entoure le grain et les caractéristiques physiques de l’épi et des spathes. L’écart entre le taux d’humidité du grain et celui de l’air ambiant entraîne un déplacement de l’humidité hors du grain, jusqu’à ce qu’un équilibre soit atteint.

Lire la suite : établir la date de récolte

 

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires