Programme d’investissements sylvicoles pour augmenter le rendement des forêts

Québec (Québec), 4 juillet 2007 – Le ministre des Ressources naturelles et de la Faune et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, dela région de la Côte-Nord et de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean,M. Claude Béchard, annonce que le gouvernement du Québec a autorisé des investissements de 65 millions de dollars, pour les trois prochaines années, dans le cadre du Programme d’investissements sylvicoles.

«Je suis heureux d’annoncer cette contribution additionnelle de65 millions de dollars à l’effort sylvicole pour les trois prochaines années,à raison de 20 millions de dollars pour chacune des deux premières années etde 25 millions de dollars pour la dernière. Ces investissements viennent doncs’ajouter aux quelque 250 millions de dollars déjà consacrés chaque année àdivers travaux sylvicoles. A cela s’ajoutent les montants investis pourrécupérer et remettre en production les bois qui ont subi des perturbationsnaturelles. Tous ces montants investis s’inscrivent dans la foulée de lamodernisation de la gestion forestière que notre gouvernement poursuitactivement. Nous mettons en place des mesures pour développer nos forêts defaçon durable. Le Québec et les régions en sortiront gagnants», a indiqué leministre Béchard.

Le Programme d’investissements sylvicoles vise à augmenter les rendementsforestiers des forêts québécoises. Il permet ainsi la réalisation de travauxsylvicoles qui s’ajoutent à ceux déjà planifiés dans les forêts publiques parles bénéficiaires de contrats d’approvisionnement et d’aménagement forestier(CAAF) ou de contrats d’aménagement forestier (CtAF) et, dans les forêtsprivées, par les producteurs forestiers. La répartition régionale estprésentée en annexe.

En forêt privée, pour 2007-2008, cinq millions de dollars seront versésen respectant les normes du Programme d’aide à la mise en valeur des forêtsprivées administré par les agences régionales de mise en valeur des forêtsprivées. Cette somme permettra de réaliser des éclaircies commerciales, defaçon à accroître la mise en marché du bois provenant de la forêt privée.

Pour les années subséquentes, en plus des éclaircies commerciales, lesactivités admissibles en forêt privée devront contribuer plus spécifiquement àl’atteinte de deux objectifs principaux, soit la réhabilitation de peuplementsfeuillus et mixtes dégradés ainsi que la pratique d’une sylviculture intensivesur des sites à fort potentiel ligneux.

Dans les forêts publiques, le programme servira à financer la réalisationde traitements sylvicoles commerciaux et non commerciaux ainsi que laproduction supplémentaire de 40 millions de plants d’arbres, pour compléter leboisement de sites en régénération ou pour remettre en production desterritoires improductifs. A terme, le niveau de reboisement du Québec pourraitatteindre jusqu’à 200 millions de plants par année. Le programme permettraégalement l’entretien de chemins forestiers, mais uniquement lorsqu’ils sontnécessaires pour accéder aux superficies à traiter.

«Le Programme d’investissements sylvicoles est un levier majeur pourpermettre une augmentation des rendements ligneux. J’ai demandé qu’ils’inscrive dans le cadre d’un plan plus global qui viendra bientôt redéfinirles assises de l’aménagement forestier au Québec et qui pourra même modifiercertains fondements du régime forestier. Au cours de cette période detransition, la mise en oeuvre du Programme d’investissements sylvicolespermettra de continuer à améliorer la performance de l’aménagement forestier.Cela m’apparaît fondamental pour l’avenir de l’industrie des produitsforestiers et des communautés qui en dépendent», a conclu le ministre Béchard.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère des Ressources Naturelles du Québec
http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Commentaires