Taiwan compte sur son adhésion à l’OMC pour renouer avec Pékin

Taipei (Taiwan), 31 décembre 2001 – Taiwan adhérera officiellement à l’OMC, après dix ans d’efforts pour rejoindre l’organisation internationale. Taipei compte sur cette adhésion pour améliorer ses relations avec son puissant voisin chinois.

Quatorzième puissance commerciale mondiale, Taiwan se bat depuis 1990 pour intégrer l’OMC. Même si cette intégration n’aura pas que des avantages pour les 23 millions de Taiwanais.

Certes, l’appartenance à l’OMC se traduira par une baisse des prix pour les consommateurs. Mais l’agriculture comme les industries à forte intensité de main d’oeuvre en subiront les conséquences entraînant une nouvelle poussée du chômage, pourtant déjà à un niveau record.

Taiwan, qui figurait parmi les plus dynamiques des « Tigres asiatiques », devrait enregistrer en 2001 la première contraction de son produit intérieur brut alors que les entreprises locales vont subir de plein fouet la concurrence des grandes multinationales.

Le ministre des Finances, Yen Ching-chang, a toutefois souligné que le choc initial valait la peine d’être supporté. « Les pressions exercées par la Chine continentale nous empêche d’adhérer aux Nations unies » a déclaré Yen lors d’une conférence consacrée ce week-end à l’accession de Taiwan à l’OMC. « Adhérer aux Nations unies économiques que constitue l’OMC, nous permet d’affirmer notre présence sur la scène internationale » a-t-il poursuivi.

Ruée sur l’alcool de riz

Les autorités taiwanaises ont publiquement fait état de leur espoir que la double adhésion de Taiwan et de la Chine permettra aux deux pays d’entamer une année de réconciliation et d’aplanir leurs différends.

« Après notre entrée officielle au sein de l’OMC, le 1er janvier, les relations économiques et commerciales avec la Chine connaîtront une nouvelle ère » a ainsi récemment déclaré à des journalistes Tsai Ing-wen, la présidente du Mainland Affair Council, en charge des relations avec la Chine continentale.

« L’OMC est une étape décisive dans les relations entre Taiwan et la Chine continentale » a-t-elle ajouté.

Taiwan a proposé à Pékin, qui considère l’île comme une province sécessionniste, d’ouvrir des négociations dans le cadre de l’OMC sur l’embargo en vigueur concernant les liaisons directes avec le continent et les échanges commerciaux.

Pékin a accueilli cette proposition très froidement, estimant qu’il s’agit d’une « affaire intérieure ».

Taiwan a progressivement ouvert son marché intérieur au cours des dix dernières années, et l’entrée dans l’OMC ne devrait pas entraîner de changement radical.

Tout de même, certaines choses ne seront plus jamais comme avant. L’adhésion à l’OMC a provoqué une véritable ruée sur l’alcool de riz — une denrée de base, largement utilisée dans la cuisine de tous les jours — dont le prix devrait sextupler du fait de taxes alignées sur celles des boissons alcoolisées importées. Le gouvernement a même dû mettre en place un système de rationnement.

Lundi, des centaines de taiwanais ont fait la queue dans l’espoir d’obtenir leur ration avant l’annonce par le gouvernement des nouveaux tarifs des alcools et du tabac.

L’alcool de riz qui se vendait 21 dollars taiwanais (60 cents US) est désormais considéré comme un alcool distillé au même titre que le whisky ou le brandy et donc taxé 185 dollars taiwanais le litre.

Source : Reuters

Commentaires