Un chiffre d’affaires record pour La Coop fédérée

Olymel contribue à la moitié du chiffre d'affaires de la coopérative

La Coop fédérée a annoncé des ventes records de 6,5 G$ pour son exercice terminé en octobre 2018, en hausse de 244 M$ ou de 3,7%, lors de sa 97e assemblée générale. La coopérative affiche un excédent d’exploitation consolidé de 146,9 M$, alors qu’en 2017, il atteignait 318,7 M$.

Les ristournes versées aux membres s’élèvent à 42,4 M$. Les membres de la Filière porcine ont quant à eux reçu 11,2 M$ en dividendes. L’an dernier, les ristournes avaient grimpé à 80 M$ et les dividendes de la Filiale à 15,8 M$.

Articles connexes

« Les trois secteurs d’activité de La Coop fédérée – Division viandes, Division agricole et Division détail – ont tous contribué aux bons résultats de l’année, mais ce sont surtout les activités de transformation et de commercialisation des viandes de porc et de volaille de la Division viandes (Olymel) qui ont été le moteur de la croissance en 2018 », a déclaré la coopérative par communiqué de presse. Les ventes de Olymel ont atteint 3,439 G$, comparativement à 3,433 G$ l’an dernier.

« Nous sommes très satisfaits de cette performance qui couronne de belle façon la fin de notre plan quinquennal 2013-2018, a déclaré Gaétan Desroches, chef de la direction de La Coop fédérée. Ces résultats sont d’autant plus satisfaisants qu’ils ont été réalisés dans un contexte d’incertitude et de volatilité des marchés, occasionné notamment par la renégociation de l’entente de libre-échange nord-américain et par la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine, deux de nos principaux marchés d’exportation. »

La coopérative qui termine son dernier plan quinquennal a mentionné quelques unes de ses annonces de la dernière année, soit l’achat de Standard Nutrition Canada, d’Aliments Triomphe, l’aménagement d’un nouveau terminal de transbordement de grains dans le port de Québec, le projet d’usine de fertilisants d’urée et de méthanol à Bécancour et l’ouverture par BMR du nouveau magasin La Shop à Montréal.

Il a aussi été question de la « modernisation de son modèle d’affaires ». Les coops du réseau se sont regroupées dans les dernières années, en réponse à la « consolidation de l’industrie ». M.Gervais a déclaré que la consolidation du secteur entrainait une compétitivité accrue mais aussi des occasions de croissance. La Coop fédérée dit avoir entrepris un exercice de réflexion stratégique afin de définir « La Coop fédérée de demain ». Elle veut continuer « à saisir des occasions d’affaires dans l’ensemble de la chaîne de valeur agroalimentaire, jouer son rôle d’acteur stratégique de proximité pour le développement économique des régions et mettre en marché des produits à forte valeur ajoutée pour les consommateurs québécois et canadiens ».

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires