Valeur des terres : vers la stabilisation

Au Canada, la valeur moyenne des terres agricoles a augmenté de 10,1 % en 2015. Alors qu’en 2014, la hausse enregistrée était plutôt de 14,3 % et de 22,1% en 2013. Depuis 1993, la valeur moyenne des terres augmente chaque année.

Au Québec, la valeur moyenne des terres agricoles s’est accrue de 9,6 % en 2015. En 2014, la hausse se chiffrait à 15,7% et à 24,7% en 2013. Mais comme dans toute moyenne, il y a eu des écarts importants entre les régions. Sans surprise, l’offre de terres a été inférieure à la demande dans les régions de la Montérégie, du Centre-du-Québec, de Lanaudière et des Basses-Laurentides. Résultat : les terres se sont vendues à prix plus élevés que dans d’autres régions où la valeur a peu ou pas augmenté.

« Au Québec, 40% des terres « repères » utilisées pour ce rapport, ont eu peu ou pas d’augmentation de leur valeur », a indiqué Jean-Philippe Gervais, économiste agricole en chef chez Financement agricole Canada en conférence téléphonique. Bien que les producteurs sous gestion de l’offre sont demeurés les acheteurs principaux dans les régions où les terres se vendent moins cher, on a vu plus d’intérêt de la part d’acheteurs non traditionnels.

Deux facteurs principaux expliquent la hausse de la valeur des terres : la force des recettes en grandes cultures en 2015 et la faiblesse des taux d’intérêt. « Les revenus générés en 2015 ont été importants. Je ne m’attendais pas à une année aussi forte. En plus, le coût des emprunts a été bas », a résumé l’économiste. Même si les prix des grains ont diminué en cours d’année, la faiblesse du dollar canadien a permis aux producteurs de tirer leur épingle du jeu.

« Dans le secteur laitier, la situation a été plus difficile dès la mi-2015, a rappelé Jean-Philippe Gervais. Mais en général, les productions animales ont eu des recettes intéressantes. » D’ailleurs, l’économiste prédit des recettes records pour les grandes cultures en 2015. « Des recettes records ou près des records. Pour 2016, je m’attends à une baisse des recettes de 5%-6%. Elles seront quand même supérieures aux cinq dernières années », a-t-il ajouté.

La progression de la valeur des terres devrait être moins marquée dans les prochaines années. « Le meilleur scénario serait que la valeur moyenne des terres agricoles se stabilise à long terme et ne connaisse ensuite que de légères fluctuations », selon l’économiste. Financement agricole Canada recommande même aux producteurs de prévoir un possible « fléchissement » de la valeur de leurs terres agricoles.

Vous pouvez consulter le rapport Valeur des terres agricoles en cliquant ici.

à propos de l'auteur

Journaliste et rédactrice en chef adjointe

Marie-Claude Poulin

Marie-Claude Poulin est journaliste et rédactrice en chef adjointe au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Marie-Claude Poulin

Commentaires