Épandre le lisier tard à l’automne n’est pas aussi dommageable qu’on le croit

Qu’arrive-t-il lorsque des producteurs épandent du lisier de porc tard en automne, après la récolte du maïs grain par exemple? Est-ce si dommageable comparativement à l’épandage au printemps ou tôt à l’automne? Actuellement, cette pratique n’est pas acceptée.

Une équipe de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), composée de Matthieu Girard, Marc-Olivier Gasser, Ariane Lévesque, Marie-Ève Tremblay et Martin Belzile, a mesuré l’impact de la date d’épandage du lisier de porc sur les rendements et la qualité des sols, de l’eau et de l’air.

Les essais ont été menés dans un dispositif expérimental contrôlé situé à Saint-Lambert-de-Lauzon. Le dispositif installé en 2014 comportait 12 parcelles principales permettant de tester quatre modes de fertilisation avec trois répétitions. Une récolte de blé a eu lieu en 2015 et une de maïs a eu lieu en 2016. Voici la conclusion des chercheurs :

PHOTO: IRDA

« Les résultats de ce projet semblent indiquer qu’il n’y avait pas d’avantage ni d’inconvénient agronomique majeur à appliquer du lisier plus tard à l’automne par rapport aux épandages actuellement permis, soit tôt à l’automne et au printemps », peut-on lire dans le rapport disponible sur le site internet de l’IRDA.

Avec une application effectuée selon les règles de l’art, les chercheurs n’ont noté aucun effet significatif sur les rendements et les pertes dans l’environnement étaient semblables d’un traitement à l’autre. Selon eux, il n’y a donc aucun argument, dans leurs résultats, qui soutient la restriction des épandages réalisées à l’automne après le 1er octobre, en autant que le lisier est appliqué sur un sol non gelé et non enneigé, et qu’il est rapidement incorporé après l’épandage.

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires