Votre blé a-t-il bien passé l’hiver ?

Si plus de 75% de la superficie a survécu, le potentiel de rendement reste bon

Ces jours-ci, les producteurs de blé d’automne n’ont qu’une idée en tête : évaluer la survie de leurs champs. Comment s’y prendre? Voici les recommandations que fait l’agronome Roselyne Gobeil, conseillère en production végétale chez Semican.

  • La décision de conserver ou de détruire un champ devrait être prise le plus tard possible à cause des risques de gel printanier. Le point de croissance est la partie la plus vulnérable au gel printanier. Au tallage (point de croissance sous la surface du sol), une température de -11 0C pendant 2 heures peut affecter le nombre de talles et causer une perte de rendement allant de minime à modérée. À la montaison, une température de -4 0C pendant 2 heures entraînera une perte de rendement modérée à sévère.
  • Ne vous fiez pas à la couleur des feuillages. Un feuillage vert est bon signe, mais un feuillage bruni ne signifie pas automatiquement que les plants sont morts.
  • Pour être fixé, il faut déterrer des plants de façon aléatoire et vérifier s’ils sont bien ancrés au sol, s’il y a présence ou odeur de pourriture sur les racines et la couronne et s’il y a de nouvelles racines en formation.
  • Déterrez plusieurs plants en vous assurant de conserver le plus de racines possible et les secouer. Si les racines sont vivantes, il y aura présence de poils racinaires qui maintiennent la terre sur les racines.
  • Coupez les plants à la base de la couronne. Des tissus blancs ou verts pâles indiquent que le plant est vivant alors que le brun révèle qu’il est mort.
  • Lors de la visite au champ, évitez de porter attention uniquement aux zones en difficulté. L’œil est souvent attiré par ces zones en premier. Pour bien évaluer la survie, marchez le champ en W et pour chaque 100 pas, notez le nombre de pas que vous faites dans des zones affectées.
  • Si 75% de la superficie a survécu, le potentiel de rendement est bon. Pour un rendement optimal, il faut viser entre 500 et 700 épis/m2. Si le comptage est fait tôt en saison, considérez les tiges principales ainsi que les talles.
  • Le Guide des céréales d’automne publié par le CRAAQ recèle beaucoup d’information sur le sujet. On peut le trouver sur le site Web de l’organisme en cliquant ici.

à propos de l'auteur

Journaliste

André Piette est un journaliste indépendant spécialisé en agriculture et en agroalimentaire.

André Piette's recent articles

Commentaires