L’amortissement, ça touche aussi les vaches!

Après les coûts d’alimentation, l’amortissement est souvent de l’un des postes de dépenses les plus importants dans une entreprise vache-veau. Dans le groupe Facebook Génétique Bovine Québec, Pierre Desranleau, directeur division bovins de boucherie au Centre d’insémination artificielle du Québec, y va de quelques explications. Les voici:

On calcule l’amortissement comme suit :

Coût d’achat ou d’élevage – valeur de réforme / année productive dans le troupeau

Par exemple :

Taure de 2 ans près du vêlage = 2 500$
Valeur de réforme des vaches = 1 000$
Dépréciation = 1 500$/tête (2 500 – 1 000$)

Le nombre d’années que cette taure demeurera en production déterminera son coût d’amortissement annuel. Par exemple, si vous la gardez 3 ans, ce sera $500 par année, 5 ans, ça tombe à 300$, 7 ans ça diminue encore à 214$ et si elle est toujours là après 9 ans, elle ne vous aura coûté que 167$ par année en dépréciation (1 500$ divisé par 9 ans = 167$).

Un excellent moyen de contrôler ou de réduire ces frais d’amortissement consiste à maintenir un haut niveau de vigueur hybride chez vos femelles puisqu’il est prouvé que l’hétérose leur ajoute en moyenne une année de vie. En pratique, il s’agit simplement de ne pas trop dépasser 50% d’une même race dans vos animaux en évitant d’accoupler une femelle avec un taureau de la même race que son père.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires