Ne tardez pas à planifier votre alimentation pour l’hiver

Surtout après la sécheresse de l'été 2018

L’hiver dernier a été difficile pour les éleveurs bovins, en particulier pour ceux qui ont connu la sécheresse en 2018. Les approvisionnements en aliments pour animaux étaient extrêmement serrés et aggravés par un hiver difficile. En conséquence, de nombreux producteurs ont dû se démener pour obtenir suffisamment de nourriture pour passer l’hiver. Il est encore trop tôt pour dire ce que la saison de croissance 2019 nous réservera, mais pour ceux d’entre vous qui ont été pris au dépourvu l’année dernière, il serait peut-être rentable de planifier tôt l’hiver prochain.

Articles connexes

Dans un article paru dans le Canadian Cattleman, le professeur John McKinnon de l’Université de la Saskatchewan donne des exemples d’étapes à suivre pour s’assurer d’avoir de approvisionnements en aliments pour animaux au moment opportun.

Cultures annuelles

Une première option choisie par de nombreux producteurs est l’utilisation de cultures annuelles pour compléter les approvisionnements en aliments d’hiver. Des cultures telles que l’orge, l’avoine et le triticale peuvent être semées au début du printemps, puis coupées et mises en balles pour servir de vert ou laissées en andains pour le pâturage d’hiver. L’ensilage est également une option pour ceux qui ont l’équipement ou qui peuvent avoir accès à un forfaitaire.

En ce qui concerne l’alimentation en pâturage ou l’andainage, l’ensemencement est généralement retardé (fin mai à la mi-juin), de sorte qu’au début de l’automne précédant le gel mortel, la culture est au stade pâte molle dans le cas de l’orge et du triticale et à la fin de l’année, stade laiteux pour l’avoine. Du point de vue de la nutrition, les céréales coupées à ce stade ressemblent au foin de graminée de bonne qualité. Des recherches récentes menées à l’Université de la Saskatchewan ont montré que l’orge récoltée au stade de la pâte dure maximisait le rendement en matière sèche sans conséquences négatives sur les performances des animaux, une stratégie susceptible de prolonger davantage l’approvisionnement en fourrage. Des cultures de saison chaude telles que le maïs et le mil ont également été utilisées avec succès pour le pâturage en andains.

Résidus de culture

Les résidus de culture tels que l’orge ou la paille de blé sont généralement très demandés en période de sécheresse. Ces sous-produits, bien que manquant de presque tous les nutriments, peuvent être servis avec succès aux vaches en hiver dans le cadre d’un programme de nutrition équilibré.

Traditionnellement, la paille de blé et d’orge était considérée comme une source de fourrage relativement bon marché. Cependant, assurer un approvisionnement adéquat – que ce soit pour l’alimentation du bétail ou la litière – est devenu une tâche difficile. Cela est dû en partie à l’évolution des rotations des cultures, ainsi qu’à la mise en œuvre d’une nouvelle technologie de récolte laissant les résidus dans le champ plutôt que de les disposer en rangées pour la mise en balle. Une planification et une coordination avancées avec les voisins sont souvent nécessaires pour garantir un approvisionnement adéquat.

Résidus de maïs

Comme discuté précédemment dans cet article, les résidus de maïs offrent également des opportunités importantes pour compléter les réserves de fourrage d’hiver. Les résidus de maïs sont constitués des feuilles, des enveloppes, des épis et des tiges, ainsi que de tout noyau ou épis non récolté.

La valeur énergétique de ce résidu dépend en grande partie des proportions relatives des résidus ci-dessus. Si l’on ne prend en compte que les résidus végétaux (c.-à-d. les feuilles, les cosses, les tiges et les épis), on recherche généralement une source d’alimentation légèrement meilleure que la paille de céréales en termes de contenu énergétique et en protéines.

Les grains résiduels ou les épis non récoltés augmenteront considérablement la valeur nutritive de la récolte et prolongeront le nombre de jours de pâturage. Les résidus de maïs peuvent constituer une source d’énergie adéquate pour les vaches en début de mi-gestation et ne subissant pas de stress dû au froid. Cependant, les protéines peuvent être limitantes.

Canola

Le professeur McKinnon propose aussi le canola, selon le déroulement de l’été. Cette culture est très populaire dans l’Ouest canadien. Comme pour la plupart des cultures fourragères, le stade de maturité à la coupe est essentiel. En ce qui concerne la qualité de la nourriture, le foin de canola, lorsqu’il est coupé à la fin de la floraison et au stade moyen de la gousse, est semblable au foin de luzerne / herbe.

Cependant, lorsqu’elle est récoltée à pleine gousse, la plante est beaucoup plus lignifiée et sa qualité est similaire à celle du foin de marécage. Lorsqu’il est coupé pour l’ensilage, le canola nécessite un flétrissage à 65% d’humidité pour prévenir les infiltrations excessives. Comme pour le foin de bonne qualité, l’ensilage de canola doit être récolté aux stades de développement précoce à moyen. Les teneurs en soufre et en nitrates des aliments pour animaux à base de canola doivent être testés afin de minimiser tout problème de toxicité potentiel.

Autres sources d’aliments

En plus de planifier des sources alternatives de fourrage, les producteurs qui anticipent une situation de sécheresse devraient également chercher à conserver des sources alternatives d’aliments. Il s’agit généralement de sous-produits des secteurs de la transformation des céréales et des oléagineux tels que les coques d’avoine ou de soja, les granulés de criblage de céréales, les grains de distillerie séchés, les germes de malt, les lentilles ainsi que de diverses sources de protéines comme le tourteau de canola ou de soja.

La teneur en énergie et en protéines de ces sous-produits varie en fonction du grain ou des graines oléagineuses ainsi que de la nature de la méthode de transformation utilisée. Par exemple, du point de vue de la nutrition, les coques d’avoine ressemblent beaucoup à la paille d’orge ou de blé, tandis que les grains de distillerie de maïs ont une valeur énergétique similaire à celle des grains de maïs, mais ont une teneur en protéines beaucoup plus élevée. Plus important encore, ces sous-produits sont en forte demande dans les meilleures conditions et, en période de sécheresse, ils peuvent être extrêmement difficiles d’accès. Il est souvent nécessaire de réserver à l’avance pour éviter des stocks serrés et des prix élevés.

Le professeur McKinnon conclut son article avec la recommandation suivante : «Comme je l’indique ci-dessus, nous ne savons pas ce que 2019 nous réserve. Nous savons cependant que ceux qui planifient pour faire face à l’adversité sont généralement ceux qui sont le mieux placés pour résister à tout ce que Mère Nature nous réserve.»

Traduit et adapté de Canadian Cattleman

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires