Consommation des aliments en 2005

Ottawa (Ontario), 1er juin 2006 – Bien que les Canadiens aient continué de manger des produits à base de céréales, tels que les pâtes, les produits de boulangerie et les collations à base de céréales, la consommation totale de céréales a fléchi en 2005. À 66,0 kg par personne, les céréales ont été légèrement moins attrayantes l’an dernier qu’en 2004, une année record. La popularité des céréales a progressé rapidement de plus de 20 % au cours des années 1990. Elle s’est depuis stabilisée.

Les produits à base de farine de blé constituent la majorité des produits céréaliers consommés, chaque personne en consommant 51,9 kg en 2005. Les Canadiens ont continué d’inclure le riz dans leur régime alimentaire, puisqu’ils en ont mangé 7,2 kg par personne en 2005, soit le double de la quantité enregistrée en 1990.

Les Canadiens ont mangé beaucoup moins de sucre en 2005 qu’au cours des dernières décennies. Les données provisoires indiquent que la consommation de sucres raffinés a diminué de 24,4 kg par personne en 2005, en baisse de 4,1 % par rapport à l’année précédente. Comparativement au sommet atteint en 1987, les consommateurs ont réduit leur consommation de sucre d’environ 24 %.

La consommation de boeuf des Canadiens a augmenté de 3,6 % en 2005, s’établissant à 14,6 kg par personne (y compris le veau). Malgré certaines fluctuations, cette consommation a été plus stable suivant la tendance à la baisse observée à partir du milieu des années 1970 jusqu’au début des années 1990. La consommation de boeuf a atteint son apogée en 1976, celle-ci atteignant 24,4 kg par personne. Certaines coupes de boeuf sont considérées comme étant des produits de qualité supérieure et sont recherchées par de nombreux consommateurs, tandis que la viande hachée est favorisée par d’autres consommateurs pour des raisons de commodité.

La consommation de porc est passée de 10,9 kg par personne en 2003 et de 11,6 kg par personne en 2004 à 10,0 kg par personne en 2005. Bien que la consommation du porc ait été relativement stable jusqu’à ces dernières années, elle fait face à la concurrence que lui livrent les secteurs du boeuf et de la volaille. Le prix du porc vendu au détail a progressé de 19,9 % depuis 1999, ce qui est légèrement supérieur à l’Indice des prix à la consommation d’ensemble.

Les Canadiens exportent davantage de porc qu’ils en consomment. En 2005, les exportations ont atteint un sommet, en hausse de 12 % par rapport à 2004, ce qui les a portées à 2,3 milliards de dollars. Les ventes de porc au Japon ont bondi l’an dernier de 30 % pour atteindre 950 millions de dollars, dépassant ainsi les exportations de porcs vers les États-Unis.

La consommation de volaille, qui a augmenté au fil du temps, a affiché une hausse modeste en 2005 pour se situer à 13,7 kg par personne. En effet, la consommation de volaille par les Canadiens a progressé de 66 % l’an dernier par rapport à 1976.

Le poulet demeure de loin le choix de volaille le plus populaire, chaque Canadien en consommant 11,4 kg en 2005. La popularité actuelle des produits de poulet de préparation facile et prêts à manger parmi les consommateurs pressés par le temps et la publicité soulignant les avantages de la volaille pour la santé ont contribué à la consommation accrue de poulet.

Le numéro de 2005 de Statistiques sur les aliments, vol. 5, no 1 (21-020-XIF, gratuit) est maintenant accessible sur le site Web de Statistiques Canada à partir de la page Nos produits et services.

Il est possible d’obtenir des renseignements plus détaillés sur le CD-ROM des Statistiques sur les aliments au Canada (23F0001XCB, 81 $ / 129 $), qui est offert deux fois par année, soit en juin et en novembre. Il s’agit d’un système facile à utiliser qui donne accès à un large éventail de données, de rapports et d’articles préformatés sur les aliments et l’industrie alimentaire.

Il est également possible de télécharger les Statistiques sur les aliments au Canada (23F0001XBB) à partir du site Internet de Statistique Canada et cela au même prix que le CD-ROM.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires