Des experts de la FAO au Vietnam pour combattre la grippe du poulet

Hanoi (Vietnam), 9 janvier 2004 – L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) enverra la semaine prochaine au Vietnam des experts pour l’aider à combattre ce que les autorités sanitaires locales ont identifié comme étant la grippe du poulet, et qui a déjà tué au moins 160 000 volailles.

« Nous suivons très attentivement la situation et enverrons des experts. Le premier, un vétérinaire, arrivera la semaine prochaine », a annoncé Anton Rychener, responsable de la FAO au Vietnam.

« Le ministère de l’Agriculture nous a informé qu’il s’agissait selon ses tests de la grippe du poulet, mais il n’a pas été en mesure de vérifier la souche », a-t-il ajouté.

Le 21 décembre, le gouvernement sud-coréen avait ordonné l’abattage de 2,5 millions de poulets pour enrayer la fièvre aviaire. Le virus avait été identifié comme un variant du type H5N1, qui avait tué six personnes à Hong Kong en 1997.

L’épidémie au Vietnam a démarré la semaine passée dans les provinces de Tien Giang et Long An du delta du Mékong (sud) et s’est propagée rapidement lorsque les paysans locaux ont multiplié les ventes pour se débarrasser des poulets morts. Au moins 60.000 poulets ont succombé à l’infection.

Dans le Nord, d’autres foyers se sont depuis activés, tuant 100.000 volailles dans les provinces de Ha Tay, Vinh Phuc et Hoa Binh, selon le journal Thanh Nien, qui ajoute qu’au Sud, des canards et des porcs ont aussi été victimes du même virus.

Des échantillons de sang ont été envoyés à l’étranger pour de plus amples analyses, a précisé la FAO.

Le Premier ministre Phan Van Khai a émis un communiqué urgent demandant aux autorités locales d’interdire les transports de volailles, de détruire les animaux morts et d’intensifier les contrôles dans les marchés.

Pour éviter que les paysans vendent à la sauvette leurs volailles contaminées à bas prix, les autorités de la province de Long An ont déjà décidé de les racheter aux éleveurs. Le Vietnam n’exporte pas de poulets.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
http://www.fao.org

Commentaires