Le taux annuel d’inflation était de 2,6 pour cent en septembre

Ottawa (Ontario), 18 octobre 2001 – Le taux annuel d’inflation se situait à 2,6 pour cent en septembre, en baisse sur celui de 2,8 pour cent observé en août, rapportait jeudi Statistique Canada. Les biens et services de l’indice des prix à la consommation (IPC) coûtaient donc 2,6 pour cent de plus en un an, l’indice s’établissant à 117,4. Le point de référence de 100 remonte à l’année 1992.

En excluant les prix de l’énergie, l’IPC a crû de 2,6 pour cent; jusqu’ici en 2001, les hausses sur 12 mois de l’indice sans l’énergie ont varié de 2,3 à 2,8 pour cent, soit les taux les plus élevés depuis 1995.

Par ailleurs, les prix de l’alimentation représentaient presque 30 pour cent de la variation de l’IPC, surtout à cause des repas au restaurant (avec service) et du boeuf. Selon l’agence fédérale, une demande « forte et soutenue » a produit un gain annuel de 13,6 pour cent de l’indice du boeuf.

En écart mensuel, après être resté inchangé en juillet et août, l’IPC a grimpé de 0,3 pour cent en septembre, poussé par les prix de l’essence, tandis que ceux des légumes frais, de l’hébergement et du gaz naturel ont atténué l’augmentation.

Au Québec, l’indice s’est situé à 113,7, soit 0,1 pour cent plus bas qu’en août mais 2,1 plus élevé qu’en septembre 2000.

En Ontario, il arrivait à 118,5, après des gains de 0,2 et 3,1 pour cent, en écarts mensuel et annuel respectivement; au Nouveau-Brunswick, il se situait à 115,4, suivant des hausses de 0,3 et 1,5 pour cent sur les deux mêmes périodes.

La dernière montée mensuelle des prix de l’essence était de 7,6 pour cent, après un gain de 1,4 pour cent de juillet à août; selon la province, le bond de l’essence variait entre 2,2 pour cent au Nouveau-Brunswick et 18,9 pour cent en Alberta. Ces prix sont restés inférieurs de 2,4 pour cent à ceux de septembre 2000.

Par ailleurs, les étudiants ont payé en moyenne 3,4 pour cent de plus en frais de scolarité en septembre 2001, soit la deuxième plus faible hausse depuis 1978; elle n’avait été que de 3,2 pour cent en septembre 2000.

Cet indice sectoriel dépasse de plus du double celui d’il y a 10 ans. Par contre, depuis deux ans, note l’agence, le coût des études a moins augmenté, en bonne partie grâce à « un financement accru par l’Etat et à un gel des frais de scolarité dans certaines provinces ».

Les frais n’ont crû que de 0,1 pour cent chez les étudiants de Colombie-Britannique alors qu’ils ont bondi de 11,9 pour cent en Saskatchewan; ils ont chuté de 5,6 pour cent pour les résidents de Terre-Neuve.

Source : PC

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada

http://www.statcan.ca/

Commentaires