Prix en hausse pour le propane

L'approvisionnement a repris mais avec une hausse des coûts

Le propane est de nouveau disponible mais s’accompagne d’une mauvaise surprise, soit une hausse substantielle des prix. Les hausses diffèrent selon les fournisseurs et les régions mais vont de 10 à 25%. Les producteurs de céréales qui se remettent à peine d’une grève du CN ayant crée une pénurie de propane protestent contre cette augmentation. Cette dernière est vue comme étant opportuniste en raison de la quantité encore limitée de la ressource étant distribuée.

Durant la nuit de jeudi à vendredi, l’ensemble des ressources pétrolières avaient enregistré une hausse des prix sur les marchés internationaux, un bond qui s’est reflété sur le prix à la pompe, entre autres. Le propane est en forte demande dans l’ensemble du continent. Certains États américains ont même émis un état d’urgence afin de faciliter l’acheminement de propane. La saison est également difficile dans de nombreuses régions des États-Unis qui ont reçu des bordées des neige et de la pluie abondante, augmentant les besoins à ce temps-ci de l’année. L’arrivée brusque du froid a aussi fait bondir la demande dans les dernières semaines.

Articles connexes

Interrogée sur le sujet, l’Association québécoise du propane (AQP) a indiqué qu’elle ne commenterait pas la question.

« L’AQP est une association composée de concurrents, nous défendons les enjeux globaux de l’industrie et ça s’arrête là. Dans un marché de concurrence parfaite comme le propane, la question du prix est souvent un secret commercial. Il n’est pas discuté au sein de l’association. L’AQP s’interdit donc de discuter publiquement du prix établi pour le propane par ses membres. Il n’y a rien de plus normal pour une association comme la nôtre », a expliqué Raymond Gouron, Directeur général de l’AQP. « La question du prix ne fait pas partie de notre mandat comme association, c’est un enjeu qui appartient aux propaniers sur une base individuelle », a ajouté le président.

Le Journal de Montréal rapportait les propos de la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, qui dit comprendre le désarroi des producteurs. «Les agriculteurs ont eu une année très difficile et je suis sensible à leur situation et je suis préoccupée par le fait qu’ils devraient avoir accès à des intrants à un prix stable et raisonnable», a-t-elle rapporté dans une déclaration écrite.

L’Association canadienne du propane (ACP) se dit pour sa part « préoccupée de constater qu’il est extrêmement difficile de fournir les quantités requises de propane aux agriculteurs et à l’ensemble des clients ».

Selon l’ACP, la situation « actuelle pourrait continuer de s’aggraver en raison de la livraison imprévisible du propane, particulièrement alors que la demande hivernale est élevée et des trains plus courts sont attendus ».

« L’ACP sollicite le soutien des premiers ministres des provinces et territoires du Canada puisque l’industrie du propane doit maintenant faire face à d’importants défis logistiques pour assurer un retour à la normale de la chaîne d’approvisionnement », a déclaré Nathalie St-Pierre, présidente et directrice générale de l’ACP.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires