Terres : il n’y a pas que le prix!

Yves Gagnon, agr., MBA - PHOTO : André Dumont
Yves Gagnon, agr., MBA - PHOTO : André Dumont

Si vous achetez une terre à 20 000 $ l’hectare, réussirez-vous à tirer en tirer des profits, ou vous retrouverez-vous plutôt à la cultiver à perte? Pour le savoir, il faut connaître votre marge à l’hectare.

Mardi dernier, au Rendez-vous végétal à Drummondville, l’agroéconomiste Yves Chagnon, du Groupe Agristratégies, est venu porter un regard éclairant sur la pertinence d’acheter des terres à prix élevé.

Avant tout achat de terre, il faut connaître ses marges à l’hectare, a insisté Yves Chagnon. C’est elle qui nous permettra de voir si vous cultiverez cette terre à profit ou à perte une fois achetée.

La marge à l’hectare correspond aux revenus moins les dépenses, en excluant le salaire que vous vous versez et le remboursement en capital que vous faites à la banque. Cette marge est différente sur chaque ferme et elle varie d’une culture à l’autre, en fonction du prix des intrants et du prix de vente de la récolte.

La volatilité des prix des grains a un grand impact sur la marge à l’hectare. Celle-ci varie donc d’année en année, tandis que le prix des terres reste le même ou continue à croître.

Ainsi, selon des chiffres avancés par Yves Chagnon, votre marge à l’hectare dans le maïs pourrait avoir été de 1584 $ en 2012, puis se retrouver à 442 $ en 2014. Sur la base de ces chiffres, le prix d’une terre achetée en 2014 devrait être beaucoup plus bas que celui d’une terre achetée en 2012!

Le tableau suivant est basé sur l’hypothèse d’un emprunt sur 25 ans à 4 % d’intérêt pour l’achat d’une terre. En fonction du prix payé pour la terre et de la marge à l’hectare, le tableau nous donne le résiduel après paiement de l’emprunt. En vert, vous réalisez un profit, tandis qu’en rouge et entre parenthèses, vous réalisez une perte qui devra être absorbée par les autres activités à la ferme, dont les récoltes des champs acquis à prix inférieur.

CLIQUER SUR LE TABLEAU POUR L'AGRANDIR Source : Yves Chagnon, Agristratégies
CLIQUER SUR LE TABLEAU POUR L'AGRANDIR Source : Yves Chagnon, Agristratégies

Si ces chiffres ont achevé de vous convaincre de ne pas acheter de nouvelles terres aux prix actuels, rassurez-vous, l’alternative sera bien plus profitable : augmenter vos rendements en améliorant votre régie sur les terres que vous détenez déjà.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires