Québec, champion de plusieurs cultures horticoles

Dans le cadre du Recensement de l’agriculture de 2016, des hausses de la superficie de production ont été enregistrées dans plusieurs secteurs au pays, dont ceux de la production de légumes de serre (+22,5 %), de fruits, de petits fruits et de noix (+6,7 %) et de légumes de plein champ (+1,0 %). Ces augmentations sont attribuables, en partie, à l’utilisation de la technologie et aux techniques de commercialisation. La production de sirop d’érable a également bénéficié de l’adoption de technologies, telles que l’osmose inverse.

Les principales cultures varient d’une province à l’autre au niveau des revenus agricoles bruts. Si les fruits et les noix sont les cultures les plus communes dans quatre province, ce sont les légumes en serre en Ontario qui génèrent le plus de revenus (878,4M$), alors que ce sont les légumes de plein champs (490,3M$) qui jouent ce rôle au Québec.

La canneberge se place au 4e rang des petits fruits les plus cultivés au pays en tenant compte de la superficie qui a augmenté de 19,4 %. Le Québec a continué de rapporter la plus grande superficie consacrée aux canneberges, soit 54,5 % du total canadien. Les exportations de canneberges fraîches ont également augmenté entre 2011 et 2016, en hausse de 77,6 % pour atteindre 63 500 tonnes métriques en 2016.

Le Québec a continué de dominer au chapitre des produits de l’érable, étant à l’origine de 90,5 % de la production totale au pays en 2016. Au cours des 20 dernières années, le nombre d’entailles d’érable a crû de 104,1 %, tandis que le nombre de kilogrammes de sirop et de sucre d’érable exporté a plus que doublé, ayant augmenté de 119,9 %.

Le Québec est demeuré le plus grand producteur d’arbres de Noël au pays, étant à l’origine de 34,7 % de la production totale du Canada. Cette culture est toutefois en déclin, les sapins en plastique étant favorisés.

La demande pour les produits locaux a eu des répercussions en augmentant les possibilités pour les petits producteurs. Les deux tiers des exploitations ayant déclaré produire des légumes en 2016 ont déclaré y consacrer une superficie de cinq acres ou moins, ce qui représente une hausse de 19,2 % du nombre de ces exploitations par rapport à 2011. En culture de champ, le maïs sucré reste la vedette avec 17,6 % de la superficie totale consacrée aux légumes au Canada mais perd du terrain depuis cinq ans (-17%). La superficie consacrée au maïs sucré est à la baisse depuis qu’elle a atteint un sommet lors du Recensement de l’agriculture de 1996; en 2016, elle s’établissait à 47 560 acres, ce qui représente un recul de 49,2 % sur la période des 20 dernières années.

L’Ontario et le Québec dominaient au chapitre de la superficie consacrée aux légumes de plein champ, représentant 84,3 % de la superficie consacrée au Canada. Parmi les exploitations ayant déclaré produire des légumes, la proportion de celles ayant aussi déclaré produire des produits biologiques au Québec est passée de 11,8 % à 14,0 % entre 2011 et 2016. En Ontario, cette proportion est passée de 5,9 % à 6,6 % au cours de la même période.

Enfin, la culture en serre a explosé ces dernières années. La superficie totale consacrée à la production de légumes de serre a augmenté de 22,5 % entre 2011 et 2016 alors que la production de fleurs a reculé de 7,7% durant la même période.

Source: Statistique Canada

à propos de l'auteur

Commentaires