Ligne de temps

Des poules québécoises aux normes européennes

Jean-Philippe Désilets

Jean-Philippe Désilets

Lorsqu’est venu le temps de construire un nouveau poulailler, la famille Désilets, composée de Robert et ses enfants Claudia et Jean-Philippe, ne voyait qu’une option : se conformer immédiatement aux normes qui seront en vigueur dès janvier prochain au Canada.

En juillet 2013, les Producteurs d’oeufs du Canada décidaient que les cages conventionnelles seraient graduellement retirées des fermes de production d’oeufs. Tous les poulaillers rénovés ou construits après le 31 décembre 2014 devront être dotés de logements aménagés de 750 cm2 (116 . po2), ce qui correspond aux normes européennes de bien-être.

Les unités de production peuvent regrouper jusqu'à 62 poules

Les unités de production peuvent regrouper jusqu’à 62 poules

C’est pour devancer cette nouvelle norme que la famille Désilets a construit l’an dernier un poulailler d’une capacité de 100 254 poules avec ce qu’on appelle des cages aménagées. La Ferme Villandré est située à Saint-Joachim-de-Courval, au Centre-du-Québec.

Les Désilets ne sont pas les premiers producteurs d’oeufs à avoir fait le saut vers le logement en groupe, mais on les compte sur les doigts d’une main.

Voici les principales constatations notées par jean-Philippe Désilets, le responsable des élevages et François Jacques, l’agronome pour Nutri-Expert et Agrigesco, deux entreprises de la famille Désilets

– Plus de 90% des poules pondent dans les nids.

– Les balances à œufs fonctionnent très bien pour minimiser les œufs fêlés.

Palletiseur– Un palettiseur dispose mécaniquement les alvéoles sur les palettes, une grande nouveauté pour un poulailler québécois. Il a dû être adapté pour s’ajuster aux dimensions des alvéoles québécoises. Le palettiseur est européen.

– Les poules apprennent naturellement à se percher à la tombée de la nuit.

– Aucune augmentation importante de performances, mais pas de diminution non plus.

– Des frais supplémentaires, comme le besoin de plus d’espace, les frais de chauffage et l’alimentation un peu plus élevés, ne sont pas compensés par une prime.

Séchoir Acti-Sol

La ferme renferme d’autres technologies, comme un séchoir à fumier, un chauffage par géothermie et un mur solaire.

Autant les Désilets que leur agronome sont satisfaits de la nouvelle construction et du nouveau logement pour les poules. Certains aménagements ont été faits. Les animaux devraient avoir une plus grande viabilité. Les prochains lots permettront de mieux mesurer les différences entre les deux types de logement.

Le numéro de juillet-août du Bulletin des agriculteurs présente un article complet sur la question, incluant les commentaires d’un autre producteur ayant fait le saut.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires