Le nombre de porcs en attente diminue sous les 100 000

Les abattoirs d’Olymel du Québec fonctionnent à pleine capacité

Les abattages de porcs au Québec fonctionnent à plein régime. Après une donnée préoccupante à près de 145 000 à la fin janvier, le nombre de porcs en attente diminue chaque semaine depuis. Il diminuera sous la barre des 100 000 porcs cette semaine, probablement aux environs de 92 000 vendredi prochain.

On ne peut pas dire que ça va aussi bien dans l’Ouest canadien. En Alberta, Olymel a dû fermer son abattoir de Red Deer le 15 février dernier en raison d’une importante éclosion de de COVID-19 et mettre à pied quelque 1850 employés pour une durée indéterminée. « C’est nous qui avons pris la décision de fermer », précise Richard Vigneault, porte-parole d’Olymel.

Entre le début de la pandémie en mars et la fin novembre, il n’y avait pratiquement pas de cas de COVID-19 chez les travailleurs de l’usine. Toutefois, dès la fin du mois de novembre, il y avait des cas positifs régulièrement, mais peu nombreux. Depuis la fin janvier, le nombre de cas augmentait de façon inquiétante. Selon Richard Vigneault, il y avait 170 cas positifs lorsque l’entreprise a pris la décision de fermer l’usine.

Les porcs appartenant à Olymel abattus à Red Deer, soit 62% des porcs ont été détournés vers les États-Unis. Pour les autres porcs, l’entreprise est en discussion avec les groupements de producteurs de l’Alberta.

Selon Richard Vigneault, il devenait de plus en plus difficile d’opérer l’usine en raison du manque de main d’œuvre dans certains postes clés qui demandent une formation spécifique.

Dès que l’usine pourra reprendre sa vitesse habituelle de 45 000 porcs par semaine, l’entreprise estime qu’il faudra de 4 à 5 semaines pour revenir à une situation normale pour les porcs de l’Ouest.

Les porcs de l'Ontario qui étaient dirigés vers l’Alberta sont maintenant expédiés aux États-Unis. La situation ne semble donc pas nuire à l’écoulement des porcs du Québec. Sans vouloir confirmer de date pour réduire le nombre de porcs en attente au Québec, Richard Vigneault explique qu’Olymel a la même volonté que les Éleveurs de porcs de continuer à diminuer le nombre de porcs en attente.

Récemment, le président des Éleveurs de porcs, David Duval, avait dit en entrevue qu’il espérait que la quantité de porcs en attente soit revenue à la normale avant la Saint-Jean-Baptiste.

Richard Vigneault ajoute que l'ajout d'un quart de travail à l'usine Agromex d'Ange-Gardien dès septembre prochain aidera à diminuer le nombre de porcs en attente tout en créant 250 nouveaux emplois.

Tout comme David Duval nous l'avait dit en entrevue il y a quelques semaines, Richard Vigneault a souhaité que les travailleurs d'usine soient vaccinés le plus rapidement possible.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires